Allocution de l’Ambassadeur de France à l’occasion de la commémoration de l’Armistice du 11 novembre

Mesdames et Messieurs les ambassadeurs, Messieurs les officiers généraux, Mesdames, Messieurs, Mon cher Werner Hans,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour commémorer le 96ème anniversaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, mais 2014 marque aussi le centenaire de l’éclatement de cet horrible conflit, que certains ont comparé avec une « guerre civile européenne », avec toutes les destructions et tous les traumatismes que sous-tend cette formule. Le 11 novembre est aussi en France, depuis deux ans, le jour choisi pour rendre hommage aux morts pour la France de tous les conflits. Ce n’est pas un hasard si cette date a été retenue : en effet, la « Grande guerre » a été extrêmement meurtrière, avec quelques 900 morts par jour en moyenne, mais ce que ne peuvent pas représenter les statistiques, c’est la souffrance indicible qu’ont endurée les combattants des deux bords, ainsi que la crainte permanente des Français et autres Européens de « l’arrière », qui expérimentaient pour la première fois les frappes en profondeur de l’aviation et de l’artillerie et craignaient pour leurs proches, qui combattaient sur le front. Rappelons qu’à la fin du conflit, deux familles françaises sur trois étaient en deuil, et que la victoire était pour beaucoup un moment synonyme de fin de cauchemar, plutôt que de réjouissances. Pour mieux montrer l’horreur de ce conflit, de cette première guerre industrielle européenne, les enfants de nos écoles françaises et allemandes vont bientôt nous faire quelques lectures de lettres et de textes choisis. Afin que nul n’oublie.

Mais si la commémoration est utile, il est encore plus important de bien comprendre et retenir les leçons de l’histoire. Ces cataclysmes qu’ont été la Première Guerre mondiale, puis la seconde, nous permettent au moins de mesurer ce que l’on peut faire pour les éviter, ce que l’on doit faire pour les empêcher. La présence à mes côtés de Monsieur Werner Hans Lauk, ambassadeur d’Allemagne, pour cette cérémonie commune, montre que l’on peut dépasser nos divisions pour construire notre avenir ensemble, un avenir fondé sur des valeurs partagées, sur ces valeurs qui fondent la civilisation européenne. Tolérance, ouverture, compréhension de l’autre, échanges, permettent de dépasser les conflits que la bêtise aurait laissé éclater. Actuellement, l’Allemagne est présente à nos côtés dans de nombreuses opérations de maintien de la paix, et assume avec de plus en plus de détermination ses responsabilités internationales comme elle vient de le montrer avec son engagement apprécié en Irak.

Au-delà de l’amitié franco-allemande, qui se renforce en permanence par des actions concrètes au quotidien, c’est donc à la construction de l’Europe que j’en viens désormais : comme je le disais en introduction, nous célébrons ce jour l’ensemble des morts pour la France. Quatre-vingts trois soldats français sont tombés dans diverses opérations ces cinq dernières années. Rendons hommage à leur sacrifice et pensons à leurs familles et à leurs proches, qui souffrent en silence, comme leurs aïeux pleuraient les morts de la mission Berthelot et de leurs camarades roumains après les batailles de Măreşti, Mărăşesti ou Oituz, il y a 97 ans.
Mais ces dernières années, la défense de la paix et de nos valeurs se fait ensemble, avec tous les pays qui veulent contribuer à la stabilité internationale : nous sommes engagés en Afrique, en Afghanistan et maintenant en Irak avec des soldats européens et notamment roumains ; nous ne pouvons réussir que grâce à l’appui militaire, diplomatique et politique de l’Occident au sens large. Nous œuvrons ensemble à la préservation ou au rétablissement de la paix, en Europe comme hors d’Europe, et c’est une raison de plus de saluer l’ensemble des ambassadeurs, du personnel diplomatique et des responsables politiques et militaires roumains et étrangers qui ont bien voulu répondre à notre invitation et s’associer à nous pour cette cérémonie.

Vive la France, vive l’Allemagne, vive la Roumanie, vive l’Europe et toutes les nations partageant nos valeurs !

Dernière modification : 12/11/2014

Haut de page