Journée européenne de la diplomatie climatique [ro]

A l’occasion de la Journée européenne de la diplomatie climatique, célébrée le 17 juin 2015, les Ambassadeurs de France, de Grande Bretagne et d’Allemagne publient un article commun, intitulé : "2015 - Une année cruciale dans la lutte contre les changements climatiques"


"In intreaga lume, padurile joaca un rol crucial in lupta impotriva schimbarilor climatice, datorita capacitatii lor de a inmagazina dioxid de carbon. Despaduririle si degradarea padurilor genereaza pana la 15-20% din emisiile globale de gaze cu efect de sera, potrivit studiilor ONU.

Pana la 60% din padurile virgine specifice zonelor cu clima temperata din Europa se afla in Romania. In acelasi timp, statisticile arata ca in Romania trei hectare de padure sunt taiate la fiecare ora. Aceasta problema ingrijoratoare a fost subliniata de participantii la prima consultare cetateneasca pe teme de clima si energie organizata de societatea civila in Romania, la Cluj, la inceputul acestei luni, sub semnul conferintei Natiunilor Unite pe tema schimbarilor climatice - Paris 2015.

Si acesta este numai un exemplu. Schimbarile climatice si cauzele lor nu sunt un mit si deja vedem semnele lor in intreaga lume. Arderea combustibililor fosili, precum carbunele, petrolul si gazul pentru acoperirea necesitatilor noastre energetice creste nivelul emisiilor de gaze cu efect de sera in atmosfera. Acest lucru afecteaza deja mediul, economia si felul in care oamenii traiesc. Organizatia mondiala de meteorologie a raportat ca intre 2001 si 2010 fenomenele meteo extreme au cauzat pagube economice in valoare de 660 de miliarde de dolari, cu 54% mai mari decat in deceniul precedent.

Efectele schimbarilor climatice se fac simtite pe continentul nostru, in tarile noastre si, de asemenea, in Romania. Din cauza climatului mai cald, cererea de apa pentru irigarea culturilor va creste. De asemenea, unele regiuni vor fi afectate de inundatii tot mai frecvente, dar si de valuri de caldura mai dese, furtuni precum si de o crestere a nivelului marii. Dar, cel mai mare risc pentru securitatea noastra va fi resimtit indirect prin cresterea preturilor la mancare, si pe termen lung, printr-o lipsa acuta a de alimente si apa.

La fel ca multe alte tari, Romania a fost afectata de inundatii semnificative in ultimii ani, care au cauzat pagube enorme. Statisticile arata ca 2007 a fost cel mai cald an din ultimele doua decenii, ceea ce a dus la cea mai mare seceta din ultimii cinzeci de ani.

Se poate obtine un impact pozitiv considerabil, daca se va actiona global impotriva schimbarilor climatice. Din 1992, tarile noastre, precum si Romania fac parte din Conventia cadru a Natiunilor Unite pe tema schimbarilor climatice (UNFCCC). Guvernele au acceptat in mod unanim in 2009 sa incerce sa limiteze incalzirea climatica la 2 grade Celsius, dar la nivel comun nu s-a atins inca acest scop. Acest an aduce o oportunitate imensa de a asigura un acord global credibil si obligatoriu din punct de vedere juridic pentru a limita incalzirea globala. In luna decembrie, Parisul va gazdui unul dintre cele mai mari summit-uri UNFCCC (COP 21) de pana acum. Daca actionam acum, putem mentine nivelul incalzirii globale la sub doua grade Celsius.

Membrii Uniunii Europene au deja un exemplu bun de oferit, in conditiile in care pe continentul nostru emisiile de gaze cu efect de sera au scazut cu 19% din 1990. De asemenea, Uniunea Europeana a acceptat anul trecut o scadere cu cel putin 40% a emisiilor domestice pana in 2030, comparativ cu nivelurile din 1990. Aceste obiective sunt foarte ambitioase si reprezinta provocari pentru tarile noastre. Solutiile noastre ar putea fi diferite, precum cresterea eficientei energetice, scaderea emisiilor in sectorul energetic sau un transport mai prietenos cu mediul.

Totusi, vestea buna este ca putem toti controla impactul daunator al schimbarilor climatice. Utilizand energia intr-un mod mai eficient, folosind surse de energie cu amprenta de carbon scazuta si oprind despaduririle, schimbarile climatice pot fi limitate. Totodata, reducerea riscurilor schimbarilor climatice printr-o tranzitie la o economie globala cu emisii scazute de carbon reprezinta o oportunitate imensa pentru inovatie si crearea de noi locuri de munca : in Germania 80% din capacitatea de producere de energie introdusa in ultimul deceniu provine din surse regenerabile, creand un nou sector de afaceri cu 380.000 de noi locuri de munca ; in Franta noua lege privind tranzitia energetica si cresterea economica verde, care mobilizeaza intreaga societate impotriva schimbarilor climatice, inclusiv companii si autoritati locale, ar putea contribui la crearea a peste 100.000 de locuri de munca in trei ani ; Marea Britanie a fost prima tara care infiintat o Banca de investitii verzi, care sa atraga investitiile din sectorul privat in domeniul energiilor regenerabile. Astfel, tranzitia la o economie globala cu amprenta de carbon scazuta are consecinte pozitive asupra statelor : noi locuri de munca, aer mai curat, sanatate mai buna, un grad mai scazut al saraciei si mai multa siguranta energetica. Trebuie sa fim toti pregatiti sa raspundem acestei provocari."

E.S. Domnul Francois SAINT-PAUL, Ambasadorul Frantei in Romania
E.S. Domnul Paul BRUMMELL, Ambasadorul Marii Britanii in Romania
E.S Domnul Werner Hans LAUK, Ambasadorul Germaniei in Romania


Lire ci-dessous la traduction en français de l’article commun :

« Partout dans le monde, les forêts jouent un rôle crucial dans la lutte contre les changements climatiques, grâce à leur capacité de stocker le dioxyde de carbone. Les déboisements et la dégradation des forêts engendrent jusqu’à 15-20% des émissions globales de gaz à effet de serre, selon les études de l’ONU.

Environ 60% des forêts vierges d’Europe, spécifiques aux zones à climat tempéré, se trouvent en Roumanie. En même temps, les statistiques montrent qu’en Roumanie trois hectares de forêt sont coupés toutes les heures. Ce problème a été mis en évidence par les participants de la première consultation citoyenne sur le climat et l’énergie organisée par la société civile en Roumanie, à Cluj, au début du mois, sous le signe de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques - Paris 2015.

Et cela n’est qu’un exemple. Les changements climatiques et leurs causes ne sont pas un mythe et on voit déjà leurs traces partout dans le monde. La combustion des carburants fossiles, comme le carbone, le pétrole et le gaz, afin de couvrir nos besoins énergétiques, augmente le niveau des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Ceci affecte déjà l’environnement, l’économie et notre façon de vivre. L’organisation météorologique mondiale a estimé qu’entre 2001 et 2010 les phénomènes météorologiques extrêmes ont causé des pertes économiques de 660 milliards de dollars, 54% de plus que dans la décennie précédente.

Les effets du changement climatique se font ressentir sur notre continent, dans nos pays et également en Roumanie. A cause du réchauffement, la demande en eau pour l’irrigation des cultures agricoles augmentera. En même temps, certaines régions seront affectées par plus d’inondations, mais aussi par des vagues de chaleur, par des orages et une augmentation du niveau de la mer. Mais le plus grand risque pour notre sécurité sera ressenti indirectement par la croissance des prix des aliments et, à long terme, par une grave pénurie d’aliments et d’eau.

La Roumanie a été affectée, comme d’autres pays, par des inondations importantes au cours des dernières années, qui ont produit des dégâts énormes. Les statistiques montrent que 2007 a été l’année la plus chaude des deux dernières décennies, ce qui a conduit à la période la plus sèche depuis 50 ans.

Cependant, un impact positif considérable peut être atteint, si on agit de manière universelle contre les changements climatiques. Depuis 1992, nos pays, et la Roumanie, font partie de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (UNFCCC). En 2009, les gouvernements ont convenu à l’unanimité de tenter de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés Celsius, mais cet objectif n’a pas encore été atteint au niveau global. Cette année apporte une énorme opportunité de fournir un accord mondial durable et juridiquement contraignant afin de limiter le réchauffement climatique. En décembre, Paris accueillera l’une des plus grandes conférences internationales sur le climat (COP 21) organisées jusqu’à présent. Si nous agissons maintenant, nous pouvons maintenir le réchauffement climatique en-dessous de deux degrés Celsius.

Les membres de l’Union européenne ont déjà un bon exemple à offrir, étant donné que sur notre continent, les émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 19 % par rapport à 1990. En même temps, l’Union européenne a accepté l’an dernier une diminution d’au moins 40 % des émissions nationales d’ici 2030, par rapport au niveau de 1990. Ces objectifs sont très ambitieux et représentent des défis pour nos pays. Nos solutions peuvent être différentes, comme par exemple l’augmentation de l’efficacité énergétique, la réduction des émissions dans le secteur de l’énergie ou les transports plus respectueux de l’environnement.

Toutefois, la bonne nouvelle est que nous pouvons tous contrôler les effets néfastes du changement climatique. C’est en utilisant l’énergie de manière plus efficace, en utilisant des sources d’énergie à faible empreinte carbone et en arrêtant les déforestations, que les changements climatiques peuvent être limités.

En même temps, la réduction des risques des changements climatiques à travers une transition vers une économie mondiale à faible émission de carbone représente une énorme opportunité pour l’innovation et pour la création de nouveaux emplois : en Allemagne 80% de la capacité de production d’ énergie introduite pendant cette dernière décennie provient des sources renouvelables, ce qui a mené à la création d’un nouveau secteur d’affaires avec 380 000 nouveaux emplois ; en France la nouvelle loi de transition énergétique pour la croissance verte, qui mobilise toute la société contre les changements climatiques, y compris les entreprises et les autorités locales, pourrait contribuer à la création de plus de 100 000 emplois en trois ans ; la Grande-Bretagne a été le premier pays à mettre en place une banque d’investissement vert, qui attire les investissements du secteur privé dans le domaine des énergies renouvelables.

De cette manière, la transition vers une économie globale à faible émission de carbone a des conséquences positives sur les Etats : de nouveaux emplois, un air plus pur, une santé meilleure, un moindre degré de la pauvreté et une plus grande sécurité énergétique. Il faut que nous soyons tous préparés à faire face à ce défi."

Son Excellence Monsieur Francois SAINT-PAUL, Ambassadeur de France en Roumanie
Son Excellence Monsieur Paul BRUMMELL, Ambassadeur de Grande Bretagne en Roumanie
Son Excellence Monsieur Werner Hans LAUK, Ambassadeur d’Allemagne en Roumanie.

Dernière modification : 16/11/2016

Haut de page