Clôture de l’événement "Mendicité des enfants" (18 juillet 2013)

Dans le cadre de son action de coopération régionale pour les droits de l’enfant, l’Ambassade de France en Roumanie a apporté son soutien au projet « Cersetoria - de la exploatarea prin munca la traficul de minor » ("Mendicité des enfants"). Piloté en partenariat avec l’Agence roumaine de lutte contre la traite des personnes, l’ONG Telefonul Copilului, qui depuis plus de dix ans gère la ligne d’assistance téléphonique pour l’enfance en danger (116 111) et l’Inspectorat général de police de Bucarest, ce projet avait pour objectifs d’accroître la prise de conscience des communautés locales sur les effets négatifs du phénomène de mendicité des enfants et d’identifier les principales causes de ce phénomène, par l’intermédiaire d’une consultation directe des publics concernés : enfants, parents et professionnels des localités de Jilava (Ilfov), Bucarest, Cojasca (Dambovita), Murgeni (Vaslui), Hoparta (Alba).

L’ambassadeur de France en Roumanie, M. Philippe Gustin a participé à la conférence de presse, organisée le 18 juillet 2013, au siège du ministère roumain des Affaires intérieures lors de laquelle ont été présentés les principaux résultats de l’étude.

Il en ressort principalement que :

• „la pauvreté a été indiquée comme le facteur principal en vertu duquel les mineurs sont contraints à la mendicité(85,4%).„
• En deuxième position se situe l’influence négative de la famille de ces mineurs, engendrée soit par l’absence de surveillance de ceux-ci (52,1%), soit par le fait que les mineurs adoptent un comportement existant au sein de la famille ou le font à la demande des membres de leurs familles.
• 28,1% ont été favorables à l’idée que les mineurs qui mendient désirent gagner facilement de l’argent.
• L’absence de l’implication de l’école (14,6%) ou des autorités locales (18,8%) ont été parmi les facteurs cités, censés favoriser le phénomène de la mendicité parmi les mineurs. „

Lors de ses propos introductifs, l’Ambassadeur a rappelé que « la traite des mineurs, sous toutes ses formes, mais plus spécifiquement le recours à des mineurs pour la mendicité, doit être une question qui nous préoccupe tous dans un contexte de mouvements migratoires importants en Europe. En apportant notre soutien à la réalisation de ce projet pilote, qui adopte une approche consultative, aussi bien des adultes concernés que des enfants eux-mêmes, nous avons souhaité mieux comprendre les causes réelles de la mendicité des enfants roumains. Il faut souhaiter que cela permette aux professionnels qui travaillent au quotidien auprès des familles et enfants en difficulté de cibler plus précisément les actions et services socio-éducatifs à développer au niveau local, pour une meilleure protection des enfants confrontés à ce phénomène. »

JPEG

Dernière modification : 29/09/2016

Haut de page