Clôture de la phase pilote du projet « AUDIS : pour une meilleure audition des mineurs en Roumanie »

L’Ambassade de France en Roumanie, en partenariat avec la Fédération roumaine des ONG pour l’enfance, a organisé les 8 et 9 décembre 2014, la clôture de la phase pilote du projet « AUDIS : pour une meilleure audition des mineurs en Roumanie ».

A la conférence de clôture de ce projet ont été présents Mme Catherine Suard, Première conseillère de l’Ambassade de France en Roumanie, M. Bogdan Simion, président de la Fédération roumaine des ONG pour l’enfance - F.O.N.P.C., M. Cristi Danilet, juge, membre du Conseil Supérieur de la Magistrature, Mme Martine Brousse, directrice générale de l’association fédérative la Voix de l’Enfant, Mme Izabela Popa de l’Autorité nationale pour la protection de l’enfance et l’adoption, Mme Kirsten Theuns, délégué national de la Fondation Terre des hommes.
.
Depuis 2012, le projet est mis en œuvre en partenariat avec : le Ministère de la Justice, le Ministère du travail, de la protection sociale, de la famille et des personnes âgées, le Ministère des affaires intérieures, le Fédération roumaine des ONG pour l’enfance, la Fédération associative française “La voix de l’enfant”.

Cette initiative a permis la mise en place de deux unités dédiées à l’accueil et à l’audition des mineurs à Cluj et à Craiova.

Afin d’éviter à l’enfant victime la répétition traumatogène du récit de l’agression, celles-ci sont équipées en matériel d’enregistrement audio-visuel. Des pratiques de travail pluridisciplinaires entre enquêteurs, magistrats, médecins, psychologues et travailleurs sociaux ont par ailleurs été développées.


-  Ci-dessous le discours prononcé par Mme Catherine Suard, Première Conseillère de l’Ambassade de France :

Mesdames, Messieurs
Chers partenaires,

Je me réjouis d’être parmi vous aujourd’hui, pour marquer la fin de la première phase du projet « AUDIS : pour une meilleure audition des mineurs en Roumanie ».

L’Ambassade de France en Roumanie développe une action de coopération bilatérale dans le domaine de la gouvernance. Depuis 2008, cette coopération comprend un volet régional spécifique à l’enfance. Il s’agit, entres autres, de faciliter l’échange d’expériences et le partage de bonnes pratiques avec, ces dernières années, un accent particulier sur la protection des mineurs en contact avec la loi.

C’est en ce sens que, depuis 2012, nous soutenons le projet AUDIS. Je tiens aujourd’hui à féliciter nos partenaires roumains qui ont permis de faire naître cette initiative ambitieuse :
-  le Ministère de la Justice ;
-  le Ministère du Travail, de la famille, de la protection sociale et des personnes âgées ;
-  le Ministère des Affaires intérieures ;
-  et enfin, la Fédération roumaine des ONG pour l’enfance, dont l’implication exceptionnelle est à souligner.

Je remercie également la Fédération associative La Voix de l’enfant. J’en salue la Présidente, Mme Martine Brousse, pour avoir accepté avec enthousiasme d’accompagner ce projet, en partageant son expertise dans la création, en France, depuis 1999, des Unités d’Accueil Médico-Judiciaire pour les enfants victimes de violences.

Le projet AUDIS a permis de mettre en place deux unités pilotes dédiées à l’accueil et à l’audition des mineurs. Ces unités sont installées au sein des Directions générales d’assistance sociale et de Protection de l’enfance (DGASPC) de Cluj et de Craiova. Elles ont été inaugurées les 8 et 10 avril derniers et je voudrais préciser qu’elles sont, grâce au soutien de « La voix de l’enfant », équipées en matériel d’enregistrement audiovisuel. Cela permet d’éviter à l’enfant la répétition traumatogène du récit de l’agression, et dans certain cas, la confrontation directe avec l’agresseur présumé. A ce titre, je salue tout particulièrement les judet de Cluj et de Dolj pour avoir accueilli la phase pilote du projet et activement participé à la création de ces salles d’audition.

Le projet comprenait également un volet pour la formation des professionnels, en vue de développer des pratiques de travail pluridisciplinaires entre enquêteurs, magistrats, médecins, psychologues et travailleurs sociaux. De nombreux professionnels français sont ainsi venus partager leurs expériences de travail. Je souhaite d’ailleurs rappeler le soutien apporté par la fondation « Terre des hommes » pour l’organisation des formations.

Nées du projet AUDIS, ces deux unités pilotes à Cluj et Craiova ont, j’en suis convaincu, vocation à devenir des unités de lieu, de temps et d’action pour la prise en charge de l’enfant victime. Les résultats obtenus sont plus qu’encourageants et seront présentés plus tard dans la matinée.

Avec la Fédération roumaine des ONG pour l’enfance, il nous a semblé essentiel de réunir l’ensemble des acteurs du projet AUDIS, pour rendre compte de sa mise en œuvre et mieux envisager sa continuité. Comme ce fut précédemment le cas lors des sessions de formation, nous devons profiter de cette conférence pour répondre, ensemble, aux interrogations des professionnels roumains sur le fonctionnement de ces nouvelles unités, tant elles accompagnent des changements dans les pratiques. C’est d’ailleurs pourquoi nous avons tenu à encourager le partage d’expériences en présentant les initiatives qui, en Bulgarie et en Moldavie, favorisent une meilleure audition de l’enfant. Nous entendrons également les retours de l’expérience française, plus ancienne, et qui porte ses fruits. En effet, là où, en France, les unités d’accueil médico-judiciaire ont été ouvertes, la prise en charge de l’enfant victime et le recueil de sa parole changent. Je dirais d’ailleurs qu’elles constituent un formidable outil de travail pour l’ensemble des professionnels.

Je voudrais enfin rappeler l’effet de levier que nous avons obtenu du partage d’expériences, puisque cette action de coopération bilatérale a favorisé la conception d’un projet européen qui implique la Roumanie, la Bulgarie, l’Italie et la France. Plus de 330.000 euros ont ainsi été mobilisés sur fonds de la Commission européenne pour mieux évaluer les besoins des enfants victimes. Il s’agit du projet « écoutez l’enfant », et je me réjouis de savoir que les organisations bulgare, roumaine et française qui en sont les partenaires sont parmi nous pour cette conférence.

Cette phase pilote aura démontré que l’implication et la collaboration de tous les partenaires, qu’ils soient publics ou privés, constituent l’assise fondamentale à la poursuite du projet AUDIS. Il s’agit, je pense, d’une initiative innovante en Roumanie, avec un fort potentiel qu’il convient de cultiver, et cela dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Je vous souhaite à présent de fructueux échanges et vous remercie de votre attention.


Galerie photos de l’événement :

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

Dernière modification : 08/10/2015

Haut de page