Conférence organisée par l’EASA à Bucarest le 29 septembre 2015

Le 29 septembre 2015 au Palais du Parlement roumain s’est tenue une réunion de haut niveau consacrée aux « risques pour l’aviation civile dans les zones de conflit », organisée conjointement par l’Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) et l’Autorité de l’aéronautique civile de Roumanie (Romanian CAA).

PNG Le général d’armée aérienne Patrick de Rousiers, Président du Comité militaire de l’Union européenne et le colonel Christophe Midan, attaché de défense français en Roumanie, ont assisté à cet évènement. Étaient également présents le directeur exécutif de l’EASA M. Pekka Henttu, le ministre roumain de la Défense nationale, M. Mircea Dușa et le secrétaire d’Etat roumain à l’Industrie, monsieur Sorin Encutescu, le directeur de l’Administration de l’aviation civile roumaine M. A. Petrescu ainsi que des représentants de la Commission européenne, de l’Organisation internationale de l’aviation civile (OACI), des armées européennes et des membres du corps diplomatique.

Le général Patrick de Rousiers a réalisé la présentation d’ouverture, fort appréciée, précisant l’à-propos de la question, l’urgence des solutions et appelant les participants à bien définir le cadre de la question. Ensuite, les divers participants ont discuté des moyens de caractériser le risque, de le prévenir ou à défaut de le limiter, et d’échanger de l’information opérationnelle. Intervenant en marge de la session plénière, l’attaché de défense français a fait part de son expérience sur la contre-piraterie, insistant sur la nécessité de définir des procédures communes de prévention, d’échange volontaire de données et de diffusion des bonnes pratiques.

Des conclusions de cette journée de travail est ressorti d’abord le constat que la notion de « zone de conflit » doit désormais être largement étendu aux « zones de crise », les risques et menaces y étant souvent similaires pour les aéronefs civils.

Tous les participants se sont aussi accordés sur le rôle fondamental du renseignement pour prévenir les risques de nature terroriste, mais aussi éviter des tirs accidentels ou spontanés, mais aussi sur la difficulté de concevoir des procédures du fait de la différence de nature des acteurs (Etats, OIG, sociétés privées…) et des difficultés de dissémination d’informations parfois classifiées. Le débat a enfin montré que les intérêts économiques, l’impératif de défense des libertés défendu notamment par la France et les objectifs sécuritaires s’opposaient parfois, et qu’il fallait encore échanger pour trouver le juste équilibre entre ces trois logiques.

Si toutes les questions n’ont pas trouvé de réponse, il est clair que cette journée de travail a clairement fait avancer le débat, permettant de rapprocher les positions et de poser des fondements d’une action commune plus concertée et, partant, plus efficace.

JPEG - 63.4 ko
Photo de l’ensemble des participants à la conférence « Risques pour l’aviation civile dans les zones de conflit » - 29 septembre 2015.

Dernière modification : 23/10/2015

Haut de page