Appel de six Etats partenaires de la Roumanie [ro]

Des États partenaires majeurs appellent le Gouvernement de Roumanie à ne pas revenir sur les progrès réalisés dans la lutte contre la corruption.

Déclaration de la part des Ambassades de Belgique, du Canada, de France, d’Allemagne, des Pays-Bas et des États-Unis

« Nous, partenaires et alliés internationaux de la Roumanie, exprimons ici notre profonde préoccupation devant les actions du Gouvernement roumain de la nuit du 31 janvier 2017, qui ont porté atteinte aux progrès de la Roumanie en matière d’État de droit et de lutte contre la corruption réalisés au cours de ces 10 dernières années. Cet acte, qui va à l’encontre des avis exprimés par l’ensemble de la communauté judiciaire et chargée de l’Etat de droit, par des acteurs crédibles de la société civile, par des citoyens roumains qui ont exprimé publiquement leur préoccupation durant les deux dernières semaines, ne peut que porter atteinte à la position de la Roumanie au sein de la communauté internationale et risque de détériorer les partenariats fondés sur des valeurs communes constitutives des principes directeurs de l’UE et de l’OTAN. Nous espérons que le Gouvernement roumain reviendra sur cette évolution inopportune. Si des amendements aux lois et aux procédures en vigueur sont parfois nécessaires, ces changements ne doivent être effectués que dans le cadre de processus de consultation complets et crédibles , impliquant toutes les parties concernées.

A cet effet, les États-membres de l’Union européenne qui ont approuvé cette déclaration attirent également l’attention sur le rapport publié récemment par la Commission européenne au titre du mécanisme de coopération et de vérification (MCV). Ce rapport fixe les conditions pour éviter que ne soient réévalués les progrès déjà réalisés dans la lutte contre la corruption. Il énonce un nombre limité de recommandations clés, dont l’accomplissement conduirait à la clôture provisoire des critères de référence concernés et à la conclusion du processus lancé au titre du MCV. Les États-membres de l’Union européenne qui ont approuvé cette déclaration espèrent que la Roumanie agira d’une manière permettant au Conseil de l’UE de travailler dans cette direction. »./.

Dernière modification : 08/03/2017

Haut de page