Discours à l’occasion de la remise de la Légion d’Honneur à M. Eric Faidy (13 février)

Seul le prononcé fait foi

Cher Monsieur le Président,
Cher Eric Faidy,

Voici 55 ans, et quelques jours, vous naissiez à Ambert dans le Puy de Dôme. Depuis ce 20 janvier 1961, que de chemins parcourus ! Chemins au pluriel ; et le choix de cette image n’est pas anodin, car comme le sait l’assistance nombreuse de ce soir, vous présidez cette formidable entreprise française, parmi les plus connues dans le monde, dont le slogan en roumain est « un mod mai bun de a avansa » (« une meilleure façon d’avancer »). Pour la nommer, il s’agit de Michelin, dont vous dirigez la branche pour l’Europe du centre et du sud depuis 2013 déjà. Le moins que l’on puisse dire, cher Eric, c’est que vous savez aller de l’avant !

Aujourd’hui, c’est au cœur de la capitale roumaine, que j’ai l’immense plaisir de saluer votre parcours de vie, tant professionnel que personnel, en m’apprêtant à vous décorer de l’ordre de la légion d’honneur. Mais avant ce moment de consécration bien mérité, vous me permettrez quelques errances nourries par vos éléments biographiques, sans pour autant y aller par quatre chemins….

Vous effectuez toute votre scolarité dans votre ville natale, puis à Clermont-Ferrand où vous avez été étudiant à l’Ecole Supérieure de Commerce et d’Administration des Entreprises (1981-1984). A l’issue de vos études, vous faites votre Service National dans l’armée de terre en qualité d’élève officier de réserve à Orléans, puis d’officier à Lyon (1984-1985).

Votre première activité professionnelle démontre l’une de vos grandes qualités, à savoir la fidélité à votre région et votre attachement aux terroirs. En effet, vous avez décliné plusieurs propositions d’emplois au sein de grandes entreprises multinationales pour pouvoir consacrer vos deux premières années de vie professionnelle au Puy-de-Dôme, dans le sillage de Michel Debatisse*, alors président de la chambre d’agriculture du département. Recruté en qualité de chargé de mission, votre travail consistera à animer un réseau regroupant la chambre d’agriculture, la chambre de commerce et d’industrie, la chambre des métiers et différentes organisations professionnelles, afin de formuler des propositions pour le désenclavement et le développement du Puy-de-Dôme. C’est votre premier chemin.

Puis, vous optez naturellement pour le second qui, depuis, vous promène d’un bout à l’autre de l’Europe de l’Est, tout en vous permettant de garder un pied dans votre région. Vous rejoignez en octobre 1987 le groupe Michelin qui, faut-il le rappeler, à son siège social à Clermont-Ferrand, la capitale de l’ancienne région Auvergne et la préfecture du Puy-de-Dôme.

Le troisième chemin se matérialise peu après, en 1991, lorsque vous vous mariez avec Anne Vincent, ici présente et que je salue chaleureusement. Cette heureuse pérégrination vous comble avec trois filles.

Mais je reviens rapidement au second. Votre carrière est impressionnante : Durant les dix premières années, vous assumez diverses responsabilités dans le secteur de l’administration (contrôle de gestion, projet informatique, audit interne) en France et en Italie. Mais aussi dans celui de l’organisation industrielle à l’usine de Montceau les Mines.

En 1999, vous devenez directeur financier de la filiale britannique et contribuez activement à la restructuration des activités industrielles dans ce pays. Vous y créez un centre européen de services administratifs qui contribuera à renforcer la compétitivité du groupe.

En 2007, vous devenez président et directeur général de la filiale russe. Vous renforcez la présence commerciale du groupe sur l’ensemble des pays de l’ex-URSS, et vous créez une filiale en Ukraine ainsi que des bureaux commerciaux dans les principaux pays de la CEI.

En 2011, vous êtes nommé président et directeur général des filiales roumaine et serbe. Vous conduisez un projet de réorganisation des activités du groupe sur l’Europe centrale. Logiquement, vous êtes choisi pour diriger le nouvel ensemble depuis sa création en 2013.

Depuis, vous dirigez Michelin Europe Centre & Sud, avec douze pays de la région sous votre coupe : Albanie, Bulgarie, Chypre, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Grèce, Macédoine, Monténégro, Roumanie, Serbie, Slovénie et Hongrie. Cette région comprend huit sites industriels et emploie environ 7000 personnes.

C’est impressionnant. Mais sans le quatrième chemin, que vous aurez également parcouru avec entrain, votre portrait serait bien flou. Que dire en effet de votre engagement au service de la communauté et des entreprises françaises…

En 2008, vous êtes nommé conseiller du commerce extérieur - section de Russie, et de 2008 à 2010, vous êtes élu administrateur de l’Association of European Business in Russia, la plus importante organisation d’investisseurs étrangers en Russie. Au sein de cette association, vous représentez les intérêts des entreprises françaises.

En 2010, vous êtes élu au conseil d’administration de la chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture française de Roumanie (CCIFER), dont vous devenez un an plus tard seulement, vice-président.

En 2011, vous êtes de nouveau nommé conseiller du commerce extérieur - section de Roumanie, mais également élu président du Global Road Safety Partnership Roumanie, qui contribue à promouvoir les bonnes pratiques françaises dans le domaine du renforcement de la sécurité routière.

Enfin, en 2014, vous êtes élu président du conseil d’administration de la CCIFER qui, grâce à votre impulsion, renforce son leadership et se positionne progressivement en interlocuteur privilégié des autorités roumaines.

Cher Président, j’avais annoncé aller droit au but : voici donc vos mérites tracés à grands traits. Et pour filer le sens métaphorique ou figuré très riche du chemin, je dirais que vous savez le montrer. Ou encore, que vous êtes dans le droit chemin ; mais aussi que j’ai la certitude que vous ne vous arrêterez pas en si bon chemin.

Toutefois, je vous invite à prendre encore du bon temps en Roumanie, ce pays que vous appréciez particulièrement, et dont certaines régions doivent vous rappeler vos montagnes natales. Le temps viendra plus tard de vous souhaiter « drum bun ! » (« bonne route ! » drum se traduit aussi par chemin).

Monsieur Eric Faidy, « au nom du Président de la République, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur. »

Dernière modification : 17/10/2016

Haut de page