Discours de l’Ambassadeur de France à l’occasion de la remise des insignes d’officier de la Légion d’Honneur à M. Nicolae-Victor ZAMFIR (22 juin)

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Directeur général,
Mesdames et Messieurs, Chers invités,

C’est avec un plaisir particulier, et un réel sentiment d’admiration, que je m’apprête à décorer de la Légion d’Honneur M. ZAMFIR, un grand serviteur de la cause scientifique européenne et mondiale, et un grand serviteur de la cause scientifique roumaine.
En effet, M. ZAMFIR, sans votre détermination et votre savoir-faire, sans votre science, votre détermination et votre patience, le projet ELI-NP n’aurait probablement pas pu naître à Magurele…
Naturellement, je ne vais pas décrire le projet ELI-NP (Extreme Light Infrastructure - Nuclear Physics) que l’assemblée présente connait très bien. Je ne vais pas non plus détailler votre brillante carrière, pour les mêmes raisons, mais en voici tout de même les grands traits :
Né en 1952 à Brasov, vous vous faites remarquer durant vos années de lycée en gagnant l’olympiade de physique. C’est donc logiquement que vous terminez des études à la faculté de physique de l’université de Bucarest pour devenir physicien en 1976, date à laquelle vous commencez à enseigner cette matière dans un lycée bucarestois. Deux années plus tard, vous êtes engagé sur concours comme physicien à l’institut de physique atomique (IFA), et vous achevez votre doctorat en 1984, ayant pour directeur de thèse le professeur Marin IVASCU, le directeur de l’IFA. Tout de suite après la Révolution, vous partez pour l’Allemagne où vous travaillez deux ans avec le professeur VON BRENTANO, directeur de l’institut de physique nucléaire de Cologne. Puis vous allez aux Etats-Unis où vous travaillez d’abord pour la Brookhaven National Laboratory, puis pour le groupe de la structure nucléaire du High Flux Beam Reactor. En 1997, vous devenez professeur à l’université de Yale, et en 2004, vous êtes nommé directeur de l’institut national de physique et d’ingénierie nucléaire « Horia Hulubei », sur concours. Enfin, en 2006, vous êtes élu membre correspondant de l’Académie roumaine .
C’est en 2008 que vous portez victorieusement avec toute votre équipe la candidature de la Roumanie pour le projet ELI-NP : que dire aujourd’hui de cette formidable aventure scientifique qui se prépare, sinon que vous pouvez en revendiquer d’ores et déjà la paternité ? Car c’est bien d’une aventure, sans précédent scientifique, qu’il s’agit.
Je souhaite à ce propos souligner le fait que c’est grâce notamment à l’excellence des relations scientifiques franco-roumaines par le passé que la Commission européenne a osé parier sur la Roumanie (et la République tchèque et la Hongrie en partenariat, il est vrai) pour développer le plus puissant laser du monde, et en exploiter les nombreuses applications qui en découleront.
Depuis 2008 donc, que de chemin parcouru ! Dernièrement, c’est la deuxième phase du projet (d’un montant de 140 millions d’euros) qui vient d’être approuvée par la Commission européenne, confirmant ainsi le caractère inéluctable de cette aventure hors du commun à l’échelle européenne et mondiale. Et en 2018, lorsque l’ensemble des travaux seront achevés, le site accueillera alors le système laser de grande puissance ainsi que le système de rayons gama. Ce calendrier devrait être confirmé cet automne ici-même, à Magurele, par le Commissaire européen pour la recherche, la science et l’innovation, le Portugais Carlos MOEDAS.
Comme a eu l’occasion de le préciser le professeur Gérard MOUTOU de l’institut de la lumière extrême de Paris lors d’une conférence tenue récemment, « ce laser aux caractéristiques extraordinaires a annoncé son entrée dans la physique nucléaire, l’électrodynamique quantique non-linéaire, la physique du vide et dans le domaine exploratoire qu’est la physique de la cosmologie et de l’extra-dimension. (…) Par l’intermédiaire d’ELI-NP, nous sommes à l’aube de la renaissance de l’ère de la physique nucléaire, où les photons pourront être utilisés pour manipuler directement, pour exciter et même transformer la structure nucléaire, donnant ainsi de nouveaux moyens de triage et de traitement des déchets nucléaires, permettant de protéger l’environnement. Sans aucun doute, ELI-NP va permettre de dépasser de nouvelles frontières dans le domaine de la science tout en ayant un impact positif sur notre société. »
En effet, il semble que les retombées pratiques soient extrêmement prometteuses à terme, et notamment dans le domaine de la médecine, pour traiter précisément les cancers. ELI-NP est bien un enjeu majeur pour l’Europe et sa communauté scientifique. Bien entendu, des chercheurs associés du monde entier sont attendus à Magurele, mais ce formidable projet est le fruit d’une passion et d’un esprit avant tout européen que nous aimerions voir portés plus souvent avec tant de succès ! ELI-NP, enfin, est très important pour la Roumanie, car elle gagne ainsi une visibilité internationale dans un domaine de pointe où elle a excellé par le passé, à savoir le laser, auprès de la France notamment.
Pour toutes ces raisons, vous pouvez être fier de vous Monsieur ZAMFIR, et du chemin parcouru par l’ensemble de l’équipe roumaine. C’est grâce à votre institut et à ses partenaires internationaux que le pari du projet ELI-NP s’annonce comme l’un des plus formidables du XXIème siècle !
Monsieur ZAMFIR, c’est avec un immense plaisir « qu’au nom du Président de la République, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais officier de la Légion d’Honneur. »

Dernière modification : 17/10/2016

Haut de page