Discours à l’occasion du lancement du "Livre blanc de l’Agriculture roumaine" (31 octobre)

Monsieur le Ministre,
Madame et Messieurs les parlementaires,
Messieurs les présidents,
Mesdames, Messieurs,

C’est un plaisir pour moi de participer au lancement du livre blanc de l’agriculture roumaine publié à l’initiative de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture française en Roumanie. La compétence de la Chambre de commerce franco-roumaine en matière d’agriculture est une spécificité au sein du réseau des chambres de commerce françaises à l’étranger que je veux souligner, car elle traduit l’importance que revêt le secteur agricole et agroalimentaire pour les entreprises françaises installées en Roumanie, premiers investisseurs dans ce domaine d’activité.Et je tiens d’ailleurs à saluer la présence parmi nous de Monsieur Xavier BEULIN, président de Sofiprotéol et également président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles.
Le livre blanc, fruit d’un travail collaboratif entre la Chambre et l’Ambassade, témoigne par ailleurs – et surtout – de l’engagement de ces entreprises à long terme pour être acteurs du développement économique du secteur agricole et agroalimentaire.
La Roumanie dispose d’atouts essentiels pour faire de l’agriculture une composante majeure de son économie. Je n’hésite d’ailleurs pas à dire que la Roumanie est un « paradis agricole ». De fait, le secteur agricole contribue déjà en moyenne à 5-6 % du PIB chaque année et occupe près de 30 % de la population active.
Ces atouts, que chacun ici connaît : terres abondantes et fertiles, diversité des productions, main d’œuvre – pour ne citer que ceux-là – devront être pleinement mobilisés et valorisés pour faire face aux défis qui attendent l’agriculture roumaine, tant au niveau national, que dans le cadre européen de la Politique agricole commune.
Je sais l’engagement et la volonté des autorités à mener les réformes nécessaires pour dynamiser ce secteur agricole, notamment pour le rendre plus compétitif pour une majorité d’agriculteurs.
Les 29 propositions du livre blanc vont en ce sens. Ces propositions tirées de l’expérience et de l’expertise développées par les entreprises françaises sont concrètes, opérationnelles et orientées vers un développement agricole durable et responsable.
Elles ont vocation à nourrir les réflexions en cours sur l’avenir de l’agriculture roumaine et à venir en appui des réformes.
En parallèle du partenariat stratégique qui lie la Roumanie et la France – lequel est particulièrement actif en matière de coopération dans le domaine agricole – je souhaite que le livre blanc constitue un outil de dialogue privilégié entre les entreprises et les décideurs publics.
J’ai en effet la conviction que c’est par le dialogue régulier et le partage des bonnes pratiques et des innovations qu’émergeront des avancées concrètes profitables à tous les acteurs de l’agriculture roumaine.

Je vous remercie/.

Dernière modification : 05/11/2013

Haut de page