Discours de l’Ambassadeur de France à Marasesti (discours prononcé en roumain le 6 août 2013)

Monsieur le président,
Monsieur le préfet,
Monsieur le Maire,
Messieurs les généraux,
Messieurs les anciens combattants,
Mesdames et messieurs,

C’est un très grand honneur pour moi de pouvoir célébrer avec vous, ici à Marasesti, la commémoration de cette bataille d’août 1917 où tant d’hommes ont perdu la vie.

Je suis honoré à plusieurs titres.

D’abord, je suis honoré de rendre hommage, ici, à Marasesti aux soldats de nos deux pays qui sont tombés en Roumanie et en France au cours du premier conflit mondial. Les corps des soldats roumains enterrés en France et ceux des soldats français enterrés en Roumanie lient nos deux pays de façon charnelle. Ils nous rappellent à quel point nous partageons la même histoire et le même destin européen.

Je suis honoré aussi d’être invité pour cette cérémonie dans ce site entièrement rénové dans la perspective du centenaire de la Grande Guerre. Les travaux ont redonné un très bel éclat à cet ossuaire si célèbre.

Même si la Roumanie n’est entrée en guerre qu’en 1916, elle a connu dès 1914, les soubresauts qui secouaient l’Europe et elle sera donc concernée par le centenaire qui débutera dans le monde entier dès en 2014.

Ce centenaire sera l’occasion de nombreuses manifestations de toute sortes : cérémonies militaires, colloques d’historiens, mais aussi spectacles autour de l’imposante production culturelle qu’a suscité cet événement majeur de l’histoire de l’humanité. En 2014, l’ambassade de France en Roumanie orientera d’ailleurs une partie de ses activités culturelles vers ce thème et elle s’attachera à faire connaître cette page essentielle de l’histoire commune de nos pays dont nous pouvons être fiers.

Mais ce centenaire sera aussi l’occasion de découvrir ou de redécouvrir les lieux de mémoire de nos nations. Nos compatriotes seront nombreux à vouloir se rendre sur les traces de leurs ancêtres et à vouloir découvrir ou redécouvrir les régions où se sont déroulés les combats.

Le département de Vrancea sera un des tout premiers concernés par cet intérêt. Il a conduit avec ténacité, depuis plusieurs années, un important programme de valorisation des lieux de mémoire de la Grande Guerre et je suis heureux de voir aujourd’hui le résultat de ces efforts.

Je formule donc le vœu que l’année 2014, soit l’occasion d’une redécouverte, redécouverte de notre histoire commune, mais aussi redécouverte des très beaux territoires où nous serons invités à marcher sur les pas de nos ancêtres qui ont combattu ensemble pour la paix et pour la liberté.

Vive la Roumanie, vive la France, vive l’amitié franco-roumaine.

Dernière modification : 07/08/2013

Haut de page