Discours de l’Ambassadeur de France à l’occasion de l’ouverture des Rencontres européennes de Transylvanie (Cluj-Napoca, 8 octobre 2014)

Madame la Vice Maire,
Monsieur le Vice-Président du Conseil de Judet,
Monsieur le Recteur,
Madame la Directrice de l’Agence de développement régional
Mesdames et Messieurs les élus, que je sais nombreux dans la salle,
Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux d’être parmi vous ce matin et de participer à l’ouverture de ces 5èmes Rencontres, organisées par l’Ambassade de France et l’Institut français de Cluj-Napoca, et désormais rendez-vous annuel consacré au débat d’idées européen autour du développement territorial. Et je remercie vivement M. le Recteur et l’Université des Sciences agricoles et de la Médecine vétérinaire pour son accueil.

Ces « Rencontres » (cet intitulé est significatif) sont inscrites sous le signe de la diversité, lieu d’échanges et de confrontations entre acteurs privés et publics, collectivités, associations, entreprises, experts techniques qui ont pour objectif de croiser les regards et expériences et d’identifier des partenaires pour de futurs projets à partir de pratiques professionnelles différentes.

L’édition 2014 porte sur un sujet d’actualité et d’intérêt commun pour l’ensemble des pays européens : la ruralité et les défis inhérents pour le développement des territoires, qui doivent trouver des solutions innovantes pour réussir à rester ou redevenir attractifs.

Un des principaux défis pour les territoires ruraux en Roumanie est la mobilisation des fonds structurels qui doivent directement servir au développement non seulement des infrastructures, mais également du développement des secteurs d’activité économique et des services proposés aux populations locales. Le travail avec les Agences de développement régional, que représente Mme CATANA ici présente, est essentiel. Le développement rural et une meilleure utilisation des fonds européens ne pourront toutefois pas être garantis sans une administration publique forte, professionnelle et efficace, notamment au niveau local. C’est la raison pour laquelle je pense que le renforcement des capacités administratives, notamment auprès des collectivités, doit rester une priorité afin de développer les compétences des agents locaux directement responsables de la mise en place des politiques publiques.

La ruralité est un thème qui recouvre des problématiques beaucoup plus larges que celle de l’agriculture [secteur primaire], et pose de nombreuses questions liées à des choix stratégiques, économiques et politiques en matière de développement rural et de lutte contre la pauvreté :

-  Quelles politiques publiques et quelles mesures incitatives en termes d’aménagement du territoire ? Quelles conséquences sur l’environnement, les paysages et la qualité de vie ? Quel habitat ? Quel tissu social ? Quel rapport entre villes et campagnes ? Comment restructurer le tissu industriel et économique ? Comment garantir des services publiques de qualité et pour tous (éducation, santé, aide aux personnes âgées, etc.) ? Comment fixer la population dans les zones rurales en lui offrant de bonnes conditions de vie ? Autant de questions, auxquelles l’ensemble des pays européens doivent répondre et qui renvoient à autant de choix de société et de vision de l’avenir pour des espaces qui représentent une grande surface en Roumanie comme en France.

Les territoires ruraux sont des réservoirs de croissance mais qu’il faut savoir cultiver et révéler par des projets innovants, créateurs d’emplois directs et indirects, garantissant une meilleure cohésion sociale, et qui profitent en premier lieu à la population. Des exemples concrets seront donnés tout au long de ces trois jours sur des expériences en France et en Roumanie qui portent leurs fruits.

L’objectif de des Rencontres 2014 est de réfléchir à ces enjeux et d’envisager ensemble des perspectives d’échanges. Je sais qu’il y a dans la salle plusieurs représentants de collectivités : la coopération décentralisée peut à ce titre, se mettre au service d’un développement rural local dans le cadre d’échanges d’expériences, de bonnes pratiques mais aussi de coopération économique.

Les trois étapes de ces Rencontres : à Cluj-Napoca, Targu Mures et Sibiu permettront d’apporter un éclairage différents sur les politiques et dispositifs mis en œuvre dans chacun des territoires, et je ne doute pas que ces trois journées seront riches en rencontres et échanges.

Ainsi, je vous souhaite de très bonnes « Rencontres » et un fructueux travail.

Dernière modification : 17/10/2014

Haut de page