Discours de l’ambassadeur de France à l’occasion de la rentrée universitaire au Collège juridique franco-roumain (2 octobre 2013)

Monsieur le Doyen,
Mesdames et Messieurs les Vices-Doyens de la Faculté de droit de Bucarest,
Madame la Secrétaire générale du Collège Juridique,
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, membres de l’équipe et étudiants du Collège juridique,

Je suis particulièrement heureux de m’adresser à vous à l’occasion de cette grande première qu’est la cérémonie d’ouverture de l’année universitaire du Collège juridique franco-roumain d’études européennes.

Cette cérémonie de rentrée du Collège, bien distincte de celle de la faculté de droit, est hautement symbolique à plus d’un titre.
Elle est tout d’abord le signe d’une grande réussite : en 18 ans d’existence, le Collège juridique, fruit d’un partenariat de longue haleine entre l’Université de Bucarest - et plus précisément sa faculté de droit - et l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, est devenu une institution à part entière.

Placé dès ses débuts, en 1995, sous le signe de la coopération universitaire et scientifique entre la France et la Roumanie, il a bénéficié de l’excellence des professeurs de la faculté de Bucarest et de ceux du consortium d’universités françaises mené par l’Université Paris I, ainsi que de l’expertise de l’Université Paris 1 dans la mise en place de filières délocalisées.

Le Collège a également reçu un soutien sans faille de l’Ambassade de France, auquel s’est joint plus récemment celui de l’Institut Français de Roumanie, nouvellement créé.

Comment ne pas encourager, en effet, les objectifs premiers du Collège, qui étaient de former des juristes de haut niveau capables d’accompagner la Roumanie dans la voie de la démocratie et de l’économie de marché, puis dans celle de l’intégration à l’Union européenne ?

Je souhaite rendre hommage aujourd’hui à la faculté de droit de Bucarest et à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, sans le dévouement desquelles le Collège juridique n’aurait pu accomplir aussi admirablement ses missions :

La faculté de droit de Bucarest, qui a fêté récemment ses 150 ans, a su s’adapter aux plus hautes exigences en matière d’enseignement et de recherche, en faisant évoluer de manière significative les contenus et les méthodes pédagogiques. Elle a ainsi participé à l’intégration de l’Université de Bucarest dans le concert des meilleures universités mondiales et lui permet de rester en phase avec les évolutions de la société.Sur ce dernier point, le corps professoral de la faculté de droit constitue un atout majeur : les nombreuses personnalités qui le composent, parmi les plus renommées de la vie scientifique roumaine, ont su rester très impliquées dans le secteur privé, dans la magistrature et dans la vie politique, ce qui produit une interaction très forte entre la faculté et les milieux professionnels et institutionnels du pays.Tout cela a bien évidemment bénéficié de manière importante aux étudiants du Collège.

Je me dois également de souligner, au-delà de la tradition d’amitié qui lie juristes roumains et français, et dont le Collège juridique est un formidable aboutissement, le rôle primordial de la faculté de droit dans la défense et la promotion de la Francophonie.

La faculté de droit s’est intégrée au cœur d’un immense réseau d’échanges et de coopérations universitaires, comme en témoigne l’organisation de la conférence internationale sur le nouveau Code civil roumain qui aura lieu à la fin de ce mois, et qui regroupera plus de 60 intervenants du monde académique francophone. Il s’agira là de l’une plus grande conférence francophone ayant jamais eu lieu en Roumanie, et le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université de Bucarest sera remis à l’un des plus éminents professeurs de Droit que compte notre pays : M. le Professeur François Terré. J’ai plaisir à penser que c’est la France, également, qui sera distinguée à cette occasion.

Votre soutien à la Francophonie, M. le Doyen, Mesdames et Messieurs les vices-doyens est sans doute aussi pour beaucoup dans le succès du Collège.

Quant à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, reconnue comme un acteur majeur dans la recherche et l’enseignement en droit, et plus largement en sciences humaines et sociales, elle a offert au Collège son expérience ancienne d’envoi de professeurs pour des missions d’enseignement, de mise en place de formations bi diplômantes ou de doctorats en co tutelle. Très rares sont les collaborations, où, comme au sein du Collège juridique, les liens développés sont si étroits qu’un parcours entier, de la licence au Master 2, est délocalisé. Par son implication pour le Collège juridique franco-roumain d’études européennes, l’Université de Paris I Panthéon Sorbonne participe elle aussi de manière importante à l’action internationale de la France et au rayonnement de la culture et de la langue française. Je tiens à l’en remercier.

Je vois par ailleurs dans cette première cérémonie d’ouverture de l’année universitaire du Collège Juridique la marque d’un nouveau départ.

Si le Collège s’est imposé comme un acteur incontournable dans la formation de juristes hautement qualifiés en droit des affaires et surtout en droit européen, dont la Roumanie manque et a tout spécialement besoin, son rôle va bien au-delà à présent.
Les échanges entre juristes français et roumains, stimulés par les secrétaires généraux successifs du Collège nommés par le Ministère des Affaires étrangères, ont été propices à une vision comparatiste de nos systèmes juridiques et de nos sociétés, donnant naissance à des projets de recherche ou de thèses en co tutelle, et à des manifestations scientifiques sur des thématiques dépassant bien souvent le simple cadre juridique.

Je pense notamment au colloque de mars 2010 sur la construction européenne et le droit de l’urbanisme, qui a donné lieu au constat de l’impérieuse nécessité d’une collaboration entre urbanistes et juristes pour former des spécialistes aptes à engager la Roumanie vers une cohérence politique et juridique en la matière. L’idée d’une formation spécifique est née et je sais que la faculté de droit et le Collège juridique travaillent activement à sa réalisation.

Ces échanges et projets permettant au Collège d’apporter sa participation à la compréhension des enjeux actuels de nos sociétés par le biais de nouvelles grilles de lecture issues de la recherche venaient, jusqu’à il y a peu, comme un complément naturel, mais permettez moi le terme, aléatoire à son activité.

Je me félicite qu’ils se soient imposés peu à peu puis soient devenus, tout naturellement, l’une des grandes priorités du Collège juridique.
J’en veux pour preuve le rôle moteur du Collège au sein du Cerefrea, centre régional francophone de recherches avancées en Sciences Sociales, dont l’objet est d’encourager et de donner une visibilité à la recherche francophone en sciences sociales dans la région.

Cette nouvelle institution, dont le Colllège est un pilier, a été créée à l’initiative de l’ambassade de France pour encourager significativement l’essor des sciences sociales en Roumanie - pour le moins mises à l’écart pendant la période communiste -sciences si nécessaires à la compréhension du temps présent et à l’éclosion de nouveaux projets de société.

La recherche et les échanges comparatistes et interdisciplinaires organisés de manière systématique avec l’appui du Collège juridique permettront aux juristes de Roumanie et de la région d’être en phase avec les réalités et les évolutions économiques et sociales de notre monde en transformation et de mieux les appréhender.

Ils vous inciteront, chers étudiants, à prendre conscience du rôle des juristes dans la société. Restez ouverts sur le monde qui vous entoure, et soyez à la hauteur des enjeux qui vous attendent dans le cadre de votre vie professionnelle future.

Vous pourrez par ailleurs, comme vous l’aurez compris par des interventions de nos amis de l’Institut Français de Roumanie et du Lectorat de la Faculté de Langues et Littératures étrangères, compter sur l’implication de l’ensemble du réseau français de coopération universitaire et scientifique pour vous accompagner.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne rentrée !

Dernière modification : 05/11/2013

Haut de page