Discours de l’ambassadeur de France à l’occasion de la remise de la Légion d’Honneur à M. Nicolas MAURE (27 mai)

Seul le prononcé fait foi

Cher Nicolas MAURE,
Mesdames et Messieurs, Chers invités,

La cérémonie qui nous réunit ce soir, est pour moi particulière. En effet, je dois vous avouer avoir été rarement impressionné à ce point par une carrière de chef d’entreprise comme la vôtre, ni par une personnalité si brillante ! Je serai donc très bref dans mon introduction, afin de concentrer mon éloge sur votre admirable parcours professionnel.

Né il y a 56 ans, à peu de jours près, vous êtes marié et père de trois enfants. Vous êtes diplômé ingénieur de la célèbre Ecole Centrale de Paris (ECP) en 1983, et titulaire d’un MBA (Master of Business Administration) de l’Institut Européen d’Administration des Affaires (INSEAD) en 1985.

Mais passons immédiatement au plat de résistance.
România v-a găzduit patru ani, adică un sfert din cariera dumneavoastră – carieră care nu s-a terminat, nici vorbă de acest lucru ! – O primă dată din septembrie 2006 până în august 2008 în calitate de « director executiv al uzinei DACIA », și apoi din ianuarie 2014 până în martie 2016 în calitate de « președinte director general » al RENAULT și DACIA. Et c’est en se penchant sur les détails de vos responsabilités d’une part, et en énumérant vos réalisations d’autre part, que l’on ne peut qu’être admiratifs !
Mai întâi de toate din 2006 până în 2008, în cadrul DACIA, aveți de gestionat un buget de aproximativ 1 miliard și jumătate de euro, și sunteți responsabil de 12 000 de persoane, și de construirea gamei Logan. Vous vous impliquez tellement dans vos fonctions que le chiffre d’affaire aura doublé un an après votre départ. Et pour ne prendre qu’un exemple symptomatique de vos réussites, vous êtes également « directeur délégué de Renault Mécanique Roumanie », filiale de RENAULT crée en 2006, pour la fabrication d’une nouvelle boîte 6 vitesses destinée aux véhicules RENAULT et NISSAN. Le démarrage aura été effectif en avril 2008.

Atunci când reveniți în 2014, în calitate de « președinte director general » al DACIA și « director general » al RENAULT România, dimensiunea responsabilităților dumneavoastră devine și mai amplă. Vous êtes alors en charge de l’ensemble des activités industrielles et commerciales : une usine de véhicules (340 000 Duster, Logan et Sandero en 2013), une usine « moteurs & boîtes de vitesses », un centre logistique, et un réseau commercial de 80 points de vente. Rien que ça ! Pêle-mêle, cela signifie notamment suivre les fonctions support (relations humaines, finance, communication, affaires publiques) pour les activités d’ingénierie et de design (RENAULT Technologie Roumanie), mais aussi les activités offshore (études de marché, après-vente, logistique, administration achats, comptabilité) pour RENAULT et NISSAN…

Le chiffre d’affaires est alors de 4,5 Milliards d’euros et les effectifs s’élèvent à 16 800 personnes, et vous êtes rattaché au « Senior Vice-Président » en charge de la Région Eurasie de RENAULT.

Toutefois, ces nombreuses activités et responsabilités ne vous suffiront manifestement pas, car vous déciderez d’être administrateur de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Roumanie (CCIFER).

Je n’ose pas même pas imaginer l’ampleur de la nouvelle mission que RENAULT vous a confiée en Russie ! Par contre, j’imagine aisément votre nouvelle aventure prendre une tournure très positive. Mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, surtout d’un ours russe, vous en conviendrez !

Après quelques années de consulting à la sortie de vos études, vous servirez quatre années au sein de VALEO, puis sept années au sein de FAURECIA pour laquelle vous assumerez les fonctions de « general manager » au Royaume-Uni.
Et c’est en 2000, il y a seize ans, que votre aventure au sein du groupe RENAULT débute. Vous y serez successivement pendant trois ans « directeur des achats, division pièces et accessoires », pilotant à ce titre la coordination achats avec NISSAN Europe ; pendant un an et demi « directeur de projet plan qualité » ; pendant deux ans « directeur général délégué », société de transmissions automatiques au sein de la direction des fabrications mécaniques de RENAULT, Direction Générale de STA, filiale de RENAULT (80%) et de PSA PEUGEOT-CITROEN (20%) dédiée à la conception et à la production de boîtes de vitesses automatiques pour RENAULTt, NISSAN, PSA PEUGEOT-CITROEN et CHERY (constructeur chinois acquis en 2006). Vous piloterez à ce titre la renégociation du contrat de coopération entre RENAULT et PSA PEUGEOT-CITROEN.

De septembre 2008 à mars 2013, vous êtes nommé « vice-président Powertrain, RENAULT-NISSAN Purchasing Org. » à la tête d’une direction partagée essentiellement entre la France et le Japon, responsable notamment des achats de composants et de pièces pour les moteurs, boîtes de vitesses et transmissions pour l’ensemble des unités de RENAULT et de NISSAN dans le Monde.
Puis vous aurez été « vice-président performance des fabrications du groupe » du mois d’avril au mois décembre 2013, en charge de la stratégie et de performance industrielle de RENAULT. Vos équipes sont alors un peu partout dans le monde, en Espagne, en Roumanie, au Brésil…

Je m’arrête là dans l’énumération de vos fonctions et responsabilités, car la démonstration de vos qualités d’entrepreneur, de gestionnaire, de manager, de financier et de visionnaire est faite : à mes yeux, vous avez sans conteste la trempe d’un capitaine d’industrie !

Un capitaine capable de tenir le cap, de naviguer à travers les écueils, ou encore de sentir le vent. Et quel autre secteur industriel mondialisé que celui de l’automobile exige aujourd’hui autant de qualités ? Un monde industriel dont les produits finis font rêver des millions d’hommes et de femmes à travers le monde, et qui sont des outils de travail indispensables pour des dizaines de millions d’entre nous. Un univers industriel qui a été l’un des premiers à se « mondialiser », et qui doit répondre à de nombreux défis, tant environnementaux qu’économiques et sociaux.
En effet, l’usage de l’automobile n’a cessé d’augmenter, et la crise économique et financière déclenchée en 2008 n’a rien changé. Dans ce domaine, la Chine et les nouveaux pays industrialisés ont pris le relais de l’Europe et des États-Unis. Même si les voitures y demeurent des biens de luxe, au total le nombre d’automobiles en circulation continue de croître. Le chiffre du milliard de véhicules motorisés en circulation a été dépassé en 2010, selon les données publiées par l’organisation internationale de la construction automobile.

La question du pétrole, devenant de plus en plus contraignante du point de vue de sa rareté prévisible dans les prochaines années et de son prix, est de plus en plus prise en compte par l’industrie automobile. Mais le développement annoncé de véhicules utilisant d’autres ressources que le pétrole avance lentement. C’est bien là l’un des enjeux majeurs du monde de l’automobile. Non seulement elle doit être toujours plus sûre à l’usage, mais surtout toujours plus respectueuse de notre environnement.
Nous espérons que RENAULT et les autres constructeurs « français » auront su prendre le train en marche de la révolution énergétique en matière de propulsion et de motorisation. Et après avoir eu l’honneur de vous connaître dans vos fonctions en Roumanie, je peux affirmer être confiant pour votre avenir et celui du groupe que vous servez avec autant de brio.

Cher Nicolas MAURE, c’est donc avec un plaisir immense « qu’au nom du Président de la République, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais chevalier de la Légion d’Honneur. »

Dernière modification : 17/10/2016

Haut de page