Discours de remerciement de la remise du titre de Docteur Honoris causa par l’Académie technique militaire de Bucarest [ro]

Bucarest, mercredi 23 avril 2014

Mon colonel
Mesdames et messieurs les membres du sénat de l’Académie technique militaire

Je vous remercie beaucoup pour l’honneur que vous me faites en me conférant le titre de docteur Honoris Causa de l’Académie technique militaire.

J’y suis très sensible car j’ai beaucoup apprécié les moments que j’ai pu passer, pendant mon mandat d’Ambassadeur de France en Roumanie, avec vous, mon colonel qui en êtes le commandant et le recteur, avec les professeurs de l’académie et avec vos élèves que j’ai eu l’occasion de recevoir à plusieurs reprises à la Résidence de France.

L’ATM est une très belle école au sens noble du terme. On y perçoit très vite l’esprit de travail et d’étude qui y règne, la très grande motivation des professeurs et des étudiants, et, tout simplement, le plaisir d’être là.

On perçoit aussi très vite à votre contact, mon colonel, la volonté, quoi qu’il arrive, de former les futurs responsables de la nation, en mettant l’accent sur les valeurs essentielles que sont le service du pays et des autres, le sens des responsabilités, le respect de la tradition et de l’honneur, le souci du détail et l’amour du travail bien fait.

Je suis donc très fier d’être désormais lié, à titre honorifique, à cette belle et ancienne institution qui a formé tant de générations de cadres des forces armées roumaines et de nombreux autres ministères et services gouvernementaux roumains.

Ce titre que vous m’avez remis honore aussi, à travers moi, la France et témoigne de la qualité de nos relations dans le domaine de la défense.

Comme vous l’avez souligné, malgré un contexte économique difficile, Saint-Cyr et l’ATM n’ont pas infléchi leur coopération ni leur dialogue et je me réjouis de la qualité de ce partenariat. Il permet depuis plus de 10 ans d’effectuer en Roumanie une partie significative de la formation scientifique de certains officiers de l’armée de terre française, pour notre plus grande satisfaction.

Je me suis attaché, pendant mon mandat à soutenir et à encourager ce partenariat par tous les moyens à ma disposition. Je n’ai rien négligé.

En même temps j’ai la conviction que ce partenariat n’aurait pas la vigueur qui le caractérise sans les liens privilégiés qui unissent nos deux pays et que j’ai voulu rappeler tout à l’heure.

Ces liens ont été aussi relancés par la nouvelle feuille de route de notre partenariat stratégique bilatéral, feuille de route que les deux premiers ministres ont signée en février 2013. Ce document met l’accent sur notre coopération opérationnelle et le dialogue stratégique entre nos deux pays. Je me réjouis de savoir quelle n’est pas restée une vaine intention.

Je me réjouis aussi de savoir que les réseaux tissés entre nos deux pays, à titre parfois personnel, dans le domaine de la défense, sont demeurés très vivants.

Plus que les liens d’amitié qui unissent désormais les Saint-Cyriens passés par l’ATM à la Roumanie, je veux parler ici du réseau des anciens auditeurs des sessions européennes de l’Institut des hautes études de la défense nationale – l’IHEDN – qui est l’équivalent français du Collège national de défense roumain.

Tous les ans, en effet, cette association internationale se réunit dans une capitale européenne pour y tenir son conseil d’administration et faire vivre son réseau. A cette occasion, elle cherche aussi à contribuer à la réflexion dans le domaine de la sécurité et de la défense en organisant, sur place, un séminaire auquel viennent contribuer des experts français et des experts du pays d’accueil.

Je me réjouis de savoir qu’après Berlin en 2013, c’est à Bucarest en 2014, que cette association tiendra sa réunion annuelle. Elle le fera à l’invitation de ses membres roumains.

Je considère qu’au moment où la Roumanie fête les 10 ans de son adhésion à l’alliance atlantique, au moment où l’on fête aussi les 10 ans du plus large élargissement de l’alliance et au moment où les enjeux stratégiques de cette région sont particulièrement mis en exergue par l’actualité, il ne pouvait pas y avoir de meilleur choix. Avec le même esprit et la même énergie qui m’ont poussé à soutenir les liens entre l’ATM et Saint-Cyr, l’ambassade de France apportera toute son aide à la tenue de cet événement important.

Et c’est donc avec beaucoup d’émotion que je souhaite redire ici, dans cette enceinte militaire, sans doute pour une des dernières fois de mon mandat d’Ambassadeur de France en Roumanie :

Vive la France, vive la Roumanie, vive l’amitié franco-roumaine.

Dernière modification : 28/04/2014

Haut de page