Discours lors de la célébration des 10 ans du Conseil Civique Local de Cluj (22 avril 2014) [ro]

Monsieur le Maire
Mesdames et Messieurs
Bonjour

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre accueil. C’est avec un peu de tristesse que je viens pour la dernière fois à Cluj, en tant qu’ambassadeur de France. Mais c’est avant tout un grand plaisir pour moi de revenir dans cette ville.

J’ai souhaité que cette dernière visite soit consacrée à la mise en valeur de la société civile et de son rôle dans l’espace public. Au-delà du simple concept, la mobilisation continue de la société civile offre de nouvelles modalités d’exercice de la démocratie locale.

Il m’a donc semblé naturel de profiter de cette rencontre pour célébrer les 10 ans du conseil civique local. Cette association donne corps au concept si prégnant dans nos sociétés modernes de société civile notamment par sa représentation large de corps professionnels : universitaires, représentants de la communauté d’affaire ou encore artistes. Le spectre également des thématiques couvertes et débattues par ce conseil : éducation, économie, culture… met en lumière le dynamisme de cette société civile à Cluj, dynamisme soutenu par des hommes politiques locaux, et en premier lieu M. le maire, acceptant la critique constructive et le regard exigeant des citoyens.
Cette démarche innovante en Roumanie illustre le besoin du citoyen de participer à l’amélioration de la qualité de la vie et de la gestion des affaires locales. La communauté prend ainsi en main l’avenir de sa ville et au-delà de son pays. L’engagement citoyen est essentiel dans toute démocratie pour ne pas laisser à d’autres le soin de décider de son avenir.

Les 10 ans de l’existence d’une telle association constituent l’occasion de remercier les gens, volontaires et bénévoles, qui œuvrent à l’existence d’une société dynamique. Cette démocratie participative est ouverte car elle intègre les roumains d’adoption et de cœur : M. Fesneau, consul honoraire de Cluj y prend ainsi une part active, avec d’autres.

Je voudrais ainsi saluer l’activisme de cette société civile sous toutes ces formes puisque nos entreprises françaises s’intègrent également dans ce schéma, tout comme nos étudiants désormais nombreux à Cluj. Ensemble ils participent au soutien de projets culturels, sportifs, sociaux ou en faveur du développement économique de la ville. C’est l’Europe en marche, c’est l’amitié entre nos deux pays qui se matérialisent à travers ces initiatives.

La société civile portée par nombre d’organisations non gouvernementales a donc le soutien, financier notamment, d’entreprises et aussi public. A ce titre, les financements européens y jouent une grande part. L’Union européenne est ainsi une opportunité de développement et de stabilité pour la Roumanie. La mobilisation de la société civile doit avoir lieu à tous les échelons : local, national, européen.

Ce conseil civique local est une initiative unique en Roumanie qui montre si besoin en était combien Cluj est à l’avant-garde de la constitution d’une conscience collective dont je voudrais souligner deux lignes d’action majeures :

- Tout d’abord la défense du développement durable.

Le CCL notamment, avec d’autres associations, œuvrent à l’amélioration de la qualité de vie à Cluj. L’émergence progressive d’une prise de conscience sur la nécessité d’un développement soutenable et responsable est perceptible en Roumanie. La France soutient cette démarche : le 25 juin prochain sera organisée par le service économique à Cluj-Napoca une journée de rencontre sur la thématique du développement urbain durable. Des experts, des entreprises, des associations, des collectivités sont attendues pour échanger sur la transition urbaine et la croissance urbaine durable. Je sais que le CCL prend une part active dans la préservation des espaces verts ou encore l’élaboration du Plan d’urbanisme.

- Ensuite le dynamisme culturel et associatif de Cluj.

J’ai déjà eu l’occasion à plusieurs reprises de souligner que la ville de Cluj-Napoca est l’un des centres culturels et artistiques les plus dynamiques de Roumanie et l’implication de la jeunesse y contribue fortement. De multiples associations ont été créées à l’initiative de jeunes qui souhaitent dynamiser et développer la vie sociale, culturelle et éducative de la ville. Nos étudiants français y participent pleinement. En est un exemple la constitution depuis 2013 d’une équipe de rugby francophone que j’aurais le plaisir de rencontrer dans la matinée.

En 2015, Cluj-Napoca deviendra capitale européenne de la jeunesse. C’est une opportunité pour la ville de montrer le développement social, économique et culturel liés à la jeunesse.

Un autre défi attend désormais cette belle ville puisque Cluj est aussi candidate pour le titre de capitale européenne de la culture en 2021.

Je souhaite ainsi tout le rayonnement que cette ville dynamique mérite soutenu par une société civile investie dans l’avenir de sa collectivité.

Dernière modification : 28/04/2014

Haut de page