Fédérer les acteurs autour d’une marque territoire : 20 contrats de destination

Annoncée par Laurent Fabius à l’issue des assises du tourisme en juin 2014, ces contrats de destination permettent d’associer tous les acteurs français du tourisme, publics et privés, autour d’une même marque de territoire et de proposer une offre mieux structurée et plus visible sur le plan international.

PNG

La Champagne

L’objectif de ce contrat est de promouvoir l’offre d’œnotourisme. Cette destination a été choisie car elle évoque l’excellence d’un savoir-faire typiquement français. La candidature de la Champagne pour son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO se situe dans la dernière ligne droite.

La Provence

Son image traditionnelle est associée aux oliviers, à la lavande et aux cigales. Elle s’enrichit ici, sous la bannière « Arts de vivre », des ressources extraordinaires de son patrimoine naturel, de ses musées et de sa « route des peintres », de sa culture du goût issue des richesses du terroir, de sa vivacité culturelle enfin, avec notamment ses grands festivals comme Avignon, Aix ou Orange.

« Autour du Louvre Lens »

Ce contrat vise à promouvoir le Nord-Pas-de-Calais – et les territoires associés – comme destination de tourisme culturel, en s’appuyant sur l’image forte du Louvre, mais aussi sur celle du bassin minier du Nord, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les partenaires institutionnels du projet bénéficient pour cela de la collaboration de designers, d’artistes, d’économistes et d’investisseurs : ils se sont dotés de moyens innovants pour faire évoluer l’imaginaire traditionnellement associé à ce territoire.

« Paris : la ville augmentée »

Si Paris se situe parmi les premières destinations touristiques mondiales, son image de ville-musée intemporelle doit être modernisée. C’est l’objectif de ce contrat : promouvoir différemment Paris et les départements de la petite couronne, en favorisant la découverte de lieux innovants et insolites, qu’il s’agisse de l’hébergement, de l’offre culturelle et de loisirs ou du tourisme nocturne. Cet angle original devrait permettre d’attirer davantage de jeunes visiteurs européens.

La Bretagne

Cette région dispose déjà d’une notoriété satisfaisante au plan international, mais l’offre bretonne peut encore être mieux structurée et plus visible à l’étranger. Le tourisme durable est en plein essor : le principal objectif du contrat consiste donc à orienter vers la Bretagne davantage de touristes intéressés par la découverte du patrimoine naturel.

La Vallée de la Dordogne

Ses atouts sont nombreux : patrimoine naturel, patrimoine architectural médiéval, productions d’excellence – truffe, foie gras et vins notamment. L’art de vivre lié à ces territoires doit être davantage promu à l’étranger, afin d’accroître la fréquentation d’une clientèle qui sera également sensible à l’effort de préservation de l’environnement dans ce territoire – le bassin de la Dordogne a été classé en 2012 « réserve de biosphère » par l’UNESCO.

Le contrat « Pyrénées »

Son objectif consiste à développer la notoriété internationale du massif pyrénéen, en mettant en valeur, non pas uniquement l’hiver, mais les quatre saisons. Trois thématiques ont été retenues : la neige – les Pyrénées sont la deuxième destination française pour les sports d’hiver ; les loisirs en pleine nature ; le bien-être avec le tourisme thermal et la gastronomie. Ce contrat complète les trois autres destinations « montagne » retenues lors du premier appel à projets : le Massif des Vosges, le Jura, et les Alpes.

La Corse

Ce contrat met l’accent sur l’identité corse, qu’il s’agisse des paysages, du patrimoine, des traditions. L’objectif est de passer d’un tourisme saisonnier à un tourisme en toute saison, et à diversifier la provenance des touristes, notamment en attirant davantage de touristes non européens.

La région Guyane

Elle dispose d’un patrimoine naturel unique – je pense à son littoral, ses fleuves, sa forêt amazonienne. Elle possède le plus grand parc national de France et même de l’Union européenne. Avec son centre spatial, la Guyane constitue davantage qu’une destination écotouristique. Ce contrat doit permettre de mettre en valeur à l’étranger ce potentiel encore insuffisamment connu.

Dernière modification : 24/08/2015

Haut de page