Histoire de la Résidence de France

C’est en 1889, soit neuf ans après l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Roumanie, qu’a été construite l’actuelle résidence, pour servir à la fois de Chancellerie et d’habitation privée. On sait que la construction a été réalisée par l’entreprise de l’architecte BÔHACHER.

Au bal organisé par le ministre de COUTOULY, à l’occasion de l’inauguration de la Légation de France en Roumanie, le Prince héritier FERDINAND et la princesse MARIE ont participé en qualité d’invités d’honneur. Louée initialement 12.000 francs-or par an, elle a été en 1919 achetée 400.000 francs-or par le Gouvernement français.

JPEG
Archives du ministère des Affaires étrangères
- Vers 1960

JPEG
Archives du ministère des Affaires étrangères
- Vers 1960

Devenue trop exiguë au fil des années, elle fut réservée au seul usage du chef de mission en l938. A cette date, fut alors acquis, pour abriter la Chancellerie, un hôtel particulier contigu qui avait appartenu à Ion MARGHILOMAN, préfet et homme politique roumain, père du Premier ministre Alexandre MARGHILOMAN, signataire, en 1918, de la paix séparée avec l’Allemagne. Ce dernier s’était fait bâtir un hôtel particulier sur un terrain se trouvant sur le boulevard Magheru, où dans les années 30, a été construit un immeuble moderne ayant une salle de cinéma au rez-de-chaussée. L’autre fils MARGHILOMAN, Michel, marié à une Française vivait surtout à Paris.

JPEG
Archives du ministère des Affaires étrangères
- Vers 1960

JPEG
Archives du ministère des Affaires étrangères
- Vers 1960

JPEG
Archives du ministère des Affaires étrangères
- Vers 1960

A l’époque, la rue portait le nom de Lascar CATARGIU, ancien Premier ministre mort en 1891 et dont la maison se trouvait en face de la Légation. Ultérieurement, la rue fut rebâptisée du nom de l’église qui se trouve à côté, l’Eglise Amzei, construite au début du XIX-e siècle.

JPEG
Vers 1995

Dernière modification : 31/08/2015

Haut de page