Intervention de M. Philippe Gustin pour la Conférence de M. MOUROU (Institut Français, le 9 avril 2014)

Monsieur le Professeur,
Mesdames/Messieurs

C’est avec un réel plaisir que je m’inscris aujourd’hui dans cette forte volonté de diffuser la culture scientifique auprès des jeune lycéens et étudiants.
Nous avons souhaité faire un focus sur les lasers car c’est en Roumanie qu’est implantée la grande Infrastructure Européenne ELI (« Extreme Light Infrastructure ») qui consiste en la construction d’un laser ultra rapide et dont la puissance n’a pas encore d’équivalent dans le monde.

C’est en 2006 que Forum stratégique européen pour les infrastructures de recherche déclare la recherche dans le domaine des lasers comme étant hautement prioritaire en Europe.

L’objectif, pour l’Union européenne, était d’équilibrer la répartition des infrastructures de recherche, en les développant en particulier dans les pays de l’Est devenus récemment membres.

La Hongrie et la République Tchèque sont alors dans un premier temps sélectionnées. La Roumanie le devient, après la visite à l’Institut de physique et de recherches nucléaires Horia Hulubei (IFIN-HH) de Măgurele. du grand spécialiste du laser en charge du projet, M. le professeur Gérard Mourou, conférencier de ce soir. Vous trouvez en son directeur, Nicu Zamfir, un enthousiasme à la hauteur de ce vaste projet paneuropéen, dont la Roumanie devient dès lors le troisième pilier.

C’est grâce à vos efforts que la Roumanie a été appelée à accueillir ce pilier de la « Physique nucléaire » qu’est le projet d’Infrastructure de lumière extrême.
Vous êtes un ami de longue date de la Roumanie et avez toujours apprécié la compétitivité et le savoir-faire des scientifiques roumains. Vous devenez d’ailleurs Docteur Honoris Causa de l’Université de Bucarest depuis juin 2012 . C’est cette coopération Franco-Roumaine qui a permis de créer quelque chose d’unique non seulement en Roumanie, mais aussi en Europe et dans le monde, en tant que directeur du Laboratoire d’optique Appliquée de l’X/ENSTA/CNRS vous êtes au cœur de cette coopération.

Au-delà de la technique, de la science, ce projet attirera la fine fleur de la science européenne et servira à une communauté scientifique la plus large possible.

Il faut s’attendre à ce que se développe un pôle de compétitivité semblable à la « Route du laser », qui s’est formé à Bordeaux autour du laser MégaJoule. Cela entraînera l’implantation d’entreprises de pointe, la création d’emplois, et freinera la fuite des cerveaux.

Ce projet contribue donc à forger une identité scientifique spécifique au pays tout en étant un levier de dynamisme social, économique et culturel pour la jeunesse roumaine.

De très nombreuses applications sont attendues :
* Sur le plan énergétique, ces lasers permettront de traiter des matériaux rentrant dans la construction de moteurs d’avion et conduisant ainsi à une amélioration importante de leur rendement.
* En santé, ils produiront des faisceaux de particules utiles dans le traitement de tumeurs et dans l’imagerie médicale.
* En biologie, ces sources donnent l’espoir de réaliser des images instantanées de protéines uniques, améliorant ainsi notre connaissance du vivant.
* Enfin, dans le domaine de l’environnement, ils pourraient jouer un rôle pour la recherche dans l’identification et le traitement de déchets nucléaires.

Vous êtes toujours présents pour promouvoir les relations Franco – Roumaine et nous vous en remercions infiniment

Dernière modification : 22/04/2014

Haut de page