Le carré militaire du cimetière "Eternitatea" d’Alexandria

Les corps des soldats inhumés au carré français du cimetière d’Alexandria ont été exhumés et déplacés au carré militaire français de Bellu de Bucarest lors de travaux réalisés en 2013 sous financement de la DMPA. En effet, la mission d’étude venue en 2012 a jugé le cimetière trop détérioré pour pouvoir réaliser utilement une restauration sur place.

Néanmoins, voici un petit historique du site avant le mouvement des sépultures vers Bucarest :

Le carré militaire français était situé dans le cimetière "Eternitatea" (Eternité, 43°58’39"N-25°20’52"E), à l’entrée nord-est de la ville d’Alexandria, au bord de la route qui relie la cité à Bucarest.

Les tombes de soldats français étaient regroupées dans une parcelle où ont été aussi inhumés des soldats allemands, bulgares, roumains et turcs, ainsi qu’un soldat américain.

Les 42 tombes françaises, dont 34 portaient une stèle musulmane, ne représentaient pas la majorité des sépultures de ce cimetière militaire. Cependant, un hommage particulier était rendu aux soldats français. On pouvait en effet lire sur une plaque située face à l’entrée, l’inscription suivante : « Recunoştinţa eroilor francezi, căzuţi pe aceste meleaguri Teleormane în toamna anului 1918 » (Gratitude aux héros français qui sont morts dans la région de Teleorman à l’automne 1918).
On trouvait dans le cimetière d’Alexandria les corps de soldats des 4ème et 8ème régiments d’infanterie coloniale qui avaient fait partie de l’armée du Danube. Les soldats de ces régiments ont trouvé la mort à partir du mois de novembre 1918, des suites de maladies (surtout) ou de blessures infligées lors des affrontements, les journaux de marche nous apprenant que deux soldats ont été tués et plusieurs autres gravement blessés par l’artillerie ennemie lors du passage du Danube. Les combats se sont arrêtés quelques heures plus tard.

En effet, après l’effondrement du front bulgare au cours du mois de septembre 1918 et de l’armistice signé par la Bulgarie le 30 septembre, les forces de l’armée d’Orient et de l’armée du Danube (créée le 28 octobre et conduite par le général Berthelot), ont franchi le Danube le 10 novembre sans rencontrer de grande résistance, avec pour objectif de libérer Bucarest.

Cependant, on trouvait également dans ce cimetière des soldats morts au printemps et à l’été 1918, c’est-à-dire avant l’offensive de novembre et après l’armistice de Focşani. Leur présence était certainement liée à l’existence d’un camp allemand de prisonniers dans la région d’Alexandria, actif dès 1917.

C’est par exemple le cas des soldats du 41ème régiment d’infanterie coloniale et du 4ème régiment de zouaves dont les tombes indiquent qu’ils sont morts avant l’automne 1918. Leurs régiments se battaient d’ailleurs désormais en novembre 1918 sur le front de l’Ouest.

En outre, on sait avec certitude qu’un soldat français est mort en avril 1918 au camp de prisonniers d’Alexandria-Wunsdorf.

Les travaux de fondation du cimetière militaire ont débuté en 1921. Le cimetière a trouvé sa forme définitive (voir photo) huit ans plus tard, en 1929, à la suite de travaux de restructuration.


Etat du carré militaire français dans les années 1930 :

JPEG

Monument aux Français d’Alexandria :

PNG

Dernière modification : 04/03/2015

Haut de page