Le caveau militaire français de Iași

Le caveau militaire français de Iaşi se trouve dans le cimetière civil « Eternitatea » de la ville, lui-même situé dans la rue Eternitate (Eternité).

Construit au cours de l’année 1920, le caveau est partagé en deux par un couloir. De part et d’autre de ce dernier se trouvent 48 niches maçonnées, mais seules 10 d’entre elles comportent des plaques nominatives.

Vue du caveau de Iași dans les années 1930

JPEG

Au-dessus du caveau se dresse un monument en forme d’obélisque réalisé par Salvador Scutari et orné d’une plaque de marbre portant l’épitaphe suivante : « Aux Français morts en Roumanie en 1916-1918 ».

Iaşi est devenue la capitale de la Roumanie après l’évacuation de Bucarest le 5 décembre 1916, suite à l’entrée des troupes allemandes en Valachie à l’automne 1916. L’Etat-major général, le gouvernement et la famille royale ainsi que toute une partie des services techniques et médicaux y furent stationnés.

Au cours de l’hiver 1917, une épidémie de typhus s’est abattue sur l’armée roumaine et les troupes françaises de la mission Berthelot. Sur les dix Français dont l’identité est inscrite sur les murs du caveau, cinq ont trouvé la mort du fait de cette maladie.
La mission médicale française en Roumanie a emmené avec elle un certain nombre de femmes et notamment des infirmières de la SFSBM (Société Française de Secours aux Blessés Militaires) qui dépendait de la Croix rouge ainsi que des religieuses de Saint Vincent de Paul et des Sœurs Assomptionnistes dont la mission était de soigner les malades et les blessés militaires. Plusieurs d’entre elles furent touchées par le typhus et une partie en perdit la vie.

La mission médicale française mit également en place un hôpital pour contagieux (la villa Greierul), placé sous la responsabilité du médecin aide-major Clunet, qui mourut lui-même du typhus contracté en soignant les malades.

Sa mort fut particulièrement marquante pour la ville. Sa disparition intervint en même temps que celle du colonel Dubois, de la mission Berthelot, qui succomba quant à lui des suites de ses blessures de guerre.

La famille royale de Roumanie se fit représenter à leurs obsèques auxquelles assista aussi le général Berthelot.

Dernière modification : 04/03/2015

Haut de page