Les monuments commémoratifs français de la Grande Guerre

Le monument à la mémoire des soldats français morts en Roumanie du parc Cişmigiu (Bucarest)

La statue du monument :
JPEG
(AF Ro. ; MDD ; 2013)

Ce monument à la mémoire des soldats français morts en Roumanie se trouve dans le parc Cişmigiu de Bucarest et représente une femme roumaine en costume traditionnel, soutenant dans ces bras un soldat français, mortellement frappé, sur le front duquel elle pose un baiser (voir ci-contre).
Cette statue est l’œuvre du sculpteur roumain Ion Jalea, artiste qui avait lui-même perdu son bras gauche au cours du conflit.

La statue repose sur un large socle parallélépipédique où figure en français puis en roumain le texte suivant : « AUX SOLDATS FRANÇAIS TOMBES AU CHAMP D’HONNEUR SUR LE SOL ROUMAIN PENDANT LA GRANDE GUERRE 1916-1919 »

L’inauguration du monument a eu lieu le 19 octobre 1922 en présence d’une délégation française comprenant les généraux Foch, Berthelot et Weygand venus en Roumanie pour le couronnement des souverains de la Grande Roumanie.

Dans le discours qu’il prononce à l’occasion de l’inauguration le général Berthelot déclare voir dans ce monument la représentation des liens qui existent entre la France et la Roumanie et donc un symbole des deux nations qu’il décrit comme des « […] Amis des mauvais jours, amis des jours de fête : c’est bien cela que nous sommes […] et c’est bien cela que ce monument signifie ».


Le monument français de l’armée du Danube de Giurgiu (Département de Muntenia)

La ville de Giurgiu est l’une des rares communes roumaines à avoir été libérées par l’Armée du Danube commandée par le Général Berthelot quelques heures avant l’Armistice de Rethondes qui mit fin à la Première Guerre mondiale.

Installé dans le parc « Alei » au sud la ville, ce monument a été inauguré le 19 octobre 1922. Il porte une inscription qui rend hommage aux soldats français de l’armée du Danube qui sont entrés dans la ville le 10 novembre 1918 : « A GIURGIU, le 10 novembre 1918, le 210ème régiment d’infanterie française franchit de vive force le Danube, premier épisode des opérations menées par les forces françaises et roumaines qui ont chassé de Roumanie l’ennemi commun ».
Deux militaires français, Emile Boncon et René Claudel, sont tombés au combat dans cette ville. En 1921, leurs sépultures ont été rapatriées au carré militaire français du cimetière Bellu de Bucarest où ils reposent encore aujourd’hui.

Au cours de l’inauguration de ce monument, qui fut filmée, la ville a été décorée de la Croix de Guerre en présence du maréchal Foch et des généraux Berthelot et Pétin.

Le 5 mars 2013, une visite de Philipe Gustin, ambassadeur de France en Roumanie, a été l’occasion d’une cérémonie auprès du monument en présence des autorités civiles et militaires locales.

Cérémonie du 5 mars 2013 au monument de Giurgiu :

JPEG
(AF Ro. ; MDD ; 2013)

Le « monument » du lieutenant Richard à Racoasa (Département de Vrancea)

Ce « monument », construit en 1930, est en réalité la pierre tombale de la première sépulture du Lieutenant Richard Jean, Henri, tombé le 4 avril 1917 dans la région d’Onesti (fiche MdH : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/lib_memh/php/fiche_popup.php?_Base=MPF1418&_Lg=fr&_Fiche=GCvgUOBWHAOMd9AF5mZeEQ==&_C=2768004281). On peut y lire l’inscription suivante : « Ici repose le lieutenant RICHARD HENRI JEAN de la glorieuse armée française mort en héros pour la Grande Roumanie » et sa traduction en roumain.
Au cours de l’année 1938, le corps du Lieutenant Richard a été exhumé pour être transféré au carré militaire français Bellu de Bucarest. A cette occasion a été découverte auprès du corps, une lettre manuscrite qui authentifie son identité et son grade.
Ce monument se trouve à coté d’un second monument qui rend hommage à un sergent de l’armée roumaine : Dobre Cudum.

Monument du Lt RICHARD :

JPEG
CF : AF Ro. ; MDD ; 2013

Parcours du Lieutenant RICHARD Jean, Henri

Cet officier du 99° RI a été détaché de son régiment pour participer à la Mission Berthelot. Au moment de sa mort, son unité d’origine se bat sur le front, en France (voir JMO 99° RI 26N673/4 au mois d’avril 1917 : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/ead.html?id=SHDGR__GR_26_N_II). Il part pour la Roumanie le 16 novembre 1916. Il fait partie des officiers de la mission Berthelot placés auprès de commandants de régiment pour les assister sur la ligne de front. Il prend part aux opérations et c’est au cours d’une reconnaissance qu’il est mortellement blessé à la tête.
Déjà titulaire de la Croix de Guerre, il est décoré de l’ordre de la vertu militaire de Roumanie à titre posthume le 5 avril 1917 et il est inhumé avec les honneurs militaires tout prêt des lieux de sa mort. Les photos de son activité et de son inhumation sont disponibles en ligne sur le site du ministère français de la Culture depuis décembre 2012


Le Lieutenant Richard quelques jours avant sa mort (il porte la croix de Guerre) :

JPEG
Ministère de la culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Diffusion RMN-GP

Le Lieutenant Richard le jour de sa mort

JPEG
Ministère de la culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Diffusion RMN-GP

Le monument de la Croix de Guerre dans le parc Joffre à Mărăşeşti

Le 6 août 1998 un monument a été inauguré dans le parc Joffre de Mărăşeşti. Il rappelle principalement l’attribution à ville de la croix de Guerre remise par le Maréchal Joffre le 6 août 1920 (78 ans plus tôt) à une ville décrite dans la citation à l’ordre de l’Armée comme une « Noble bourgade, témoin des jours d’épreuves et des combats glorieux de 1917, au moment où l’armée roumaine luttant contre des troupes allemandes supérieures en nombre, a, dans un héroïque effort et par une résistance opiniâtre, arrêté l’offensive que l’ennemi escomptait décisive, et a contraint cet ennemi à renoncer à la lutte, après de lourdes pertes ».

Le monument a été réalisé par l’association des anciens combattants et de leurs descendants.
Le monument en lui-même est une colonne carrée sur laquelle sont placées deux plaques de bronze. La première comporte l’emblème de la « Grande Roumanie » et la seconde une représentation de la Croix de Guerre française. Ce monument porte une épitaphe en mémoire du sacrifice des héros français et roumains de la mission Berthelot morts pour « le rêve de la Grande Union ».
Auprès du monument lui-même, se trouvent deux plaques consacrées respectivement à une biographie du Maréchal Joffre et à Napoléon III qui a soutenu l’union des principautés pour créer l’Etat roumain.

Monument de Mărăşeşti :
JPEG
AF Ro. ; MDD ; 2013

Dernière modification : 31/05/2013

Haut de page