Retour en France / ECN

Il est possible aux étudiants de rentrer en France avant la fin du 2° cycle en Roumanie :


- Arrêté du 26 juillet 2010 relatif aux modalités d’admission directe en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=8068268F52005F3EBC9DCB9926DA768D.tpdjo11v_3?cidTexte=LEGITEXT000022763399&dateTexte=20140114

- Arrêté du 26 juillet 2010 relatif aux modalités d’admission directe en troisième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022758967

Cependant, la grande majorité d’entre eux attendent la 6° année (fin du 2° cycle) pour rejoindre le système médical français.

En effet, tous les étudiants ayant validés un 1° et 2° cycles d’études médicales dans une Etat membre de l’Union européenne et notamment en Roumanie, peuvent avoir accès à l’examen classant national et au 3° cycle des études médicales en France.

Voici les documents officiels encadrant la mobilité étudiante en médecine et les ECN :

-  Directive 2005/36/EC du Parlement Européen et du Conseil relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles

PDF - 565.5 ko

-  Arrêté du 24 février 2005 modifié relatif à l’organisation des épreuves classantes nationales anonymes donnant accès au troisième cycle des études médicales
-  Arrêté du 5 janvier 2007 fixant les conditions dans lesquelles sont appréciées les équivalences des titres ou diplômes présentés par les étudiants européens susceptibles d’accéder au troisième cycle des études médicales

Par ailleurs, veuillez noter que l’organisation de l’ECN relève de la compétence du Centre National de Gestion du Ministère de la Santé : http://www.cng.sante.fr/.

Remarque sur le calendrier : On remarque que le calendrier universitaire roumain est différent du calendrier français (réception des diplômes en juillet en France et en octobre en Roumanie). Toutefois, pour valider les inscriptions et les affectations en internat, le Centre national de Gestion (CNG) demande aux candidats de fournir une attestation de fin de deuxième cycle. Le CNG accepte les attestations parvenues avec retard, après le 1er août, mais exige un document original accompagné de sa traduction pour le mois de septembre. Ceux qui ne fournirait pas leur attestation en septembre, n’aurons pas la possibilité d’être affecter dans des internats. Par la suite, les étudiants devront aussi fournir au CNG leur diplôme.

A lire : l’ISNAR-IMG (InterSyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale) a par ailleurs rédigé un guide d’accueil en internat à destination des étudiants européens :

PDF - 792.6 ko

Dernière modification : 02/10/2014

Haut de page