L’écrivain et le critique de théâtre George Banu, premier lauréat d’origine roumaine du Grand prix de la francophonie

Le Grand prix de la francophonie est remis annuellement par l’Académie française à une personnalité qui contribue à l’épanouissement de la langue française à travers le monde, destiné à couronner « l’œuvre d’une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l’échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l’illustration de la langue française ».

A cette occasion, Son excellence monsieur François Saint-Paul, Ambassadeur de France en Roumanie, a adressé un message de félicitations à monsieur Banu :
« C’est avec un grand plaisir que j’adresse à Monsieur George Banu mes plus chaleureuses félicitations. George Banu, tout comme d’autres personnalités célèbres : Eliade, Brancusi, Ionesco, met en valeur les excellentes relations franco-roumaines de même que le mélange prolifique de nos cultures, qui n’ont jamais cessé de s’enrichir. George Banu a récemment partagé avec nous, lors de la présentation de son dernier ouvrage à l’Institut français de Bucarest, l’image d’un Paris très personnel qu’il a forgée au fil des quarante années vécues dans la capitale, en rajoutant une nouvelle dimension poétique à cet espace dans lequel de nombreux Roumains célèbres ont retrouvé ou accompli leurs destinées ».

George Banu est également Officier dans l’ordre des Arts et des Lettres et Chevalier dans l’ordre national du mérite, distinctions reçues de la part de la République Française. George Banu a été trois fois lauréat du Prix de la Critique pour le meilleur livre de théâtre.

C’est à l’institut français de Bucarest qu’au mois d’avril cette année a eu lieu le lancement du plus récent volume signé par George Banu, “Paris personnel. Autobiographie urbaine”, qui allie le texte de l’auteur à l’excellent support visuel de l’artiste photographique Mihaela Marin, un livre qui se place entre le témoignage subjectif et la description objective, entre la promenade personnelle et la mythologie de la „ville des lumières”.

Monsieur George Banu (né le 22 juin 1943 est professeur à la Sorbonne et à d’autres universités, président d’honneur de l’Association internationale des Critiques de théâtre et président du prix Europa pour le théâtre. Le réputé critique de théâtre s’est établit à Paris depuis 1973. Il a fait partie de l’équipe de direction de la célèbre revue „Travail théâtral” et a été le rédacteur en chef de la revue l’art du théâtre (1981 1988), publiée par le Théâtre National de Chaillot, dirigé à l’époque par Antoine Vitez. De 1991 2000 il a été directeur artistique de l’Académie expérimentale des théâtres. Il a été également élu trois fois président de l’Association internationale des Critiques de théâtre, et à présent il en est le président d’honneur. Il est aussi président du prix Europa pour le théâtre. Il a été deux fois lauréat du gala du théâtre roumain UNITER, et en 2007 il a reçu Prix Prometheus pour toute son activité. Ail a dirigé Alternatives théâtrales, étant le coordinateur de la collection „Le Temps du theatre” aux maisons d’édition Actes Sud. Il a reçu le titre de docteur honoris causa de plusieurs universités roumaines et européennes, étant membre d’honneur de l’Académie roumaine.

Il travaille à présent avec l’Opéra national de Paris, avec le Festival International de Théâtre de Sibiu et les festivals de Cluj.

Ouvrages publiés en français par George Banu :

Bertolt Brecht ou le petit contre le grand (Aubier, 1981)
Le Théâtre, sortie de secours (Aubier, 1984)
L’acteur qui ne revient pas. Journées de théâtre au Japon (Aubier, 1986, Folio, 1993)
Mémoires du Théâtre (Actes Sud, 1987 Babel)
Le Rouge et l’Or, une poétique du théâtre à l’italienne (Flammarion, 1989)
Peter Brook. De Timon d’Athènes à Hamlet (Flammarion, 1991)
Le Rideau ou la fêlure du monde (Biro, 1997)
Avec Brecht (Actes Sud, 1999)
Notre Théâtre. La Cerisaie (Actes Sud, 1999
Les Cités du Théâtre d’Art. De Stanislavski à Strehler (Éditions Théâtrales, 2000)
L’Homme de dos (Biro, 2000)
Exercices d’accompagnement. D’Antoine Vitez à Sarah Bernhardt (L’Entretemps, 2002)
Yannis Kokkos. Le Scénographe et le Héron (Actes Sud, 2004)
La Nuit nécessaire (Biro, 2004)
Les Répétitions. De Stanislavski à aujourd’hui (Actes Sud, 2005)
L’Oubli (Les Solitaires Intempestifs, 2005)
Nocturnes. Peindre la nuit, jouer dans le noir (Biro, 2005)
La Scène surveillée (Actes Sud, 2006)
Shakespeare, le Monde est une scène. Métaphores et pratiques théâtrales (Gallimard, 2009)
Le Repos (Les Solitaires Intempestifs, 2009)
Des murs... au Mur (Gründ, 2009)
Miniatures théoriques (Actes Sud, 2008)
Les Voyages du comédien (Gallimard, Collection Pratique du Théâtre, 2012)
Amour et désamour du théâtre (Actes Sud, 2013)

Dernière modification : 04/02/2015

Haut de page