Tribune de l’Ambassadeur de France pour l’hebdomadaire Bucarest hebdo, à l’occasion de la Fête de la Francophonie

"Le français, un outil pour l’avenir"

La France et la Roumanie entretiennent depuis toujours des relations privilégiées, soutenues par l’incontestable francophilie des Roumains et la francophonie d’une part importante de la population.

Les valeurs prônées par la francophonie - la paix, la démocratie et les droits de l’homme, la diversité culturelle, la solidarité au service du développement - sont des valeurs que la France et la Roumanie partagent.

Que veut dire le français en Roumanie en 2016 ?

Cela veut dire enseigner à plus d’1,5 million d’élèves la langue de Molière mais aussi celle de Cédric Villani, médaille Fields, que nous accueillerons en mai à Bucarest, celle du chanteur Kéo, une langue apprise sur tous les continents et qui s’enrichit des multiples apports des différentes communautés francophones, une langue en constante évolution à l’image de notre monde mouvant et rapide. Néanmoins, la place du français reste un combat permanent, surtout auprès des jeunes générations.

Certes, le français est langue de culture, langue de la diplomatie, langue de savoir, mais il est aussi une langue « utile » : nombre de nos entreprises françaises ont des difficultés à recruter suffisamment de jeunes Roumains francophones pour des emplois qualifiés dans des secteurs comme le numérique, l’industrie, les services.
Pour promouvoir le français, langue de l’avenir et langue des métiers de demain, nous travaillons étroitement avec les organisations multilatérales francophones, l’Organisation internationale de la Francophonie et l’Agence universitaire de la Francophonie, en relation étroite avec nos partenaires éducatifs roumains.

Car si l’éducation constitue un investissement, la maîtrise des langues vivantes est de plus en plus un atout majeur pour l’économie d’un pays et, pour la Roumanie en particulier, un facteur de compétitivité et d’attractivité décisif sur la scène européenne comme sur la scène internationale.

En effet, la francophonie en Roumanie a également une forte dimension économique. La Chambre française de Commerce et d’Industrie (CCIFER) regroupe 450 entreprises qui représentent 15% du PIB de la Roumanie et assurent 130 000 emplois.
La francophonie, et plus largement le plurilinguisme, est l’un des arguments qui figure dans le Livre blanc Compétitivité rédigé par la Chambre.

Pour souligner l’impact de ce facteur linguistique, je me réfère au rapport Attali sur « la Francophonie économique » (2014) qui établit que l’intensité des échanges entre deux pays partageant des liens linguistiques augmente d’environ 65 %. De même ce rapport stipule que les échanges commerciaux induits par le partage du français entre une trentaine de pays francophones sont à l’origine de 6 % de la richesse par habitant en moyenne et de 0,2 point de taux d’emploi. Cependant, de telles performances économiques sont conditionnées par une formation scolaire performante, et ce dès le plus jeune âge.

J’ai eu jeudi dernier le privilège de remettre, au nom du Ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, le Label FrancEducation, aux sept établissements roumains suivants : l’Ecole Centrale de Bucarest, le Collège National « Mihai Eminescu » de Iasi, le Collège National « Unirea » de Brasov, le Collège National « Andrei Șaguna » de Brasov, le Collège Economique « Virgil Madgearu » de Galati, le Collège National « Alexandru Ioan Cuza » de Galati, le Collège National de « Mircea Cel Batran » de Constanta.

Ce Label constitue un symbole d’excellence dans le domaine de la transmission et du rayonnement de la langue et de la culture françaises. Excellence des enseignants de français et en français, excellence du niveau de langue des élèves, excellence de l’environnement francophone offert par ces établissements. A ce stade, dans le monde, seuls 91 établissements bilingues francophones scolarisant 28 617 élèves ont obtenu ce Label : c’est vous dire s’il est le gage d’une qualité rare et d’un haut niveau d’exigence.

La Roumanie fait partie des 5 pays ayant le plus d’établissements distingués, juste après les Etats-Unis (11), l’Espagne et la Turquie (9), symbole une fois de plus de cette francophonie très enracinée et bien vivante. Je ne doute pas que ces sept établissements soient suivis de quelques autres, nous avons reçu déjà trois nouvelles candidatures pour 2016.

Nous ne pouvons que nous féliciter de cette appétence constante pour le français d’un pays qui est avec, plus de 18% de locuteurs de français, le pays le plus francophone d’Europe centrale et orientale.

- Lien vers l’article

Dernière modification : 16/03/2016

Haut de page